Retrouvez cet article sur en-marche.fr

2,5 millions de personnes ayant été scolarisées en France sont en situation d’’illettrisme

14 septembre 2016 - Soit autant que la population de Marseille, Lyon, Lille, Strasbourg, Bordeaux et Toulouse réunies.

2,5 millions - Le constat qui réveille

L’'illettrisme est souvent tabou en France. Pourtant, d’'après une enquête Information et Vie quotidienne menée par l’'Insee, cette réalité touchait en 2011 2,5 millions de personnes, soit 7% de la population âgée de 18 à 65 ans. Pour comprendre l’'illettrisme, il faut le distinguer de l’'analphabétisme. En effet, l’'Agence Nationale de Lutte Contre l’'Illettrisme précise : « On parle d’'illettrisme pour des personnes qui, après avoir été scolarisées en France, n’'ont pas acquis une maîtrise suffisante de la lecture, de l’'écriture, du calcul, des compétences de base, pour être autonomes dans les situations simples de la vie courante. On parle d’'analphabétisme pour désigner des personnes qui n’'ont jamais été scolarisées. Il s’agit pour elles d’'entrer dans un premier niveau d’apprentissage. »

La notion d’'illettrisme, contrairement à l’'analphabétisme, renvoie donc à la responsabilité du système scolaire de permettre à chacun d’'acquérir des facultés de lecture et d’'écriture.

Le taux d’'illettrisme est mesurable grâce aux tests des Journées Défense et Citoyenneté.

Contrairement aux idées reçues

  • Le phénomène n’est pas limité au domaine rural puisque la moitié vit en milieu urbain.
  • Le taux d’'illettrisme est plus fort dans une population âgée. En 2013, plus de la moitié des personnes illettrées avait plus de 45 ans.
  • Il n’est pas pertinent de lier illettrisme et immigration puisque d’'après l’'étude de 2011, 71% des personnes illettrées parlaient uniquement français dans leurs foyers à l’âge de 5 ans.
  • Plus de la moitié des personnes en situation d’'illettrisme exerce une activité professionnelle. Mais le taux d’'illettrisme varie selon les milieux professionnels : l’'agriculture, la pêche et l’'agroalimentaire sont les domaines dans lesquels il est le plus élevé avec une moyenne de 10%.
  • L’'illettrisme est plus élevé dans des territoires et départements d’'outre-mer. 20% de la population de Guadeloupe et de Guyane est illettrée par exemple. La situation est encore plus préoccupante à Mayotte puisque, selon l’'Insee, « 58 % des habitants en âge de travailler ne maîtrisent pas les compétences de base à l'écrit en langue française ».

Quelles initiatives permettent de lutter contre ?

On constate une amélioration depuis une dizaine d’années puisqu’en 2004, 9% des 18-65 ans étaient considérés comme illettrés contre 7% en 2011. Mais l’'illettrisme est un enjeu majeur pour les pouvoirs publics dans la mesure où il a de fortes conséquences sur la vie citoyenne aussi bien que sur le monde du travail. C’'est pourquoi se tiennent chaque année, lors de la deuxième semaine de septembre, les journées nationales d’'action contre l’'illettrisme. L’objectif de ces journées est double : elles ont pour but de sensibiliser à ces questions mais aussi de mettre en lumière les solutions de proximité. Ainsi, en 2015, 303 manifestations ont été organisées sur 25 sites partout en France.

De très nombreuses associations se mobilisent chaque jour pour accompagner les personnes en situation d’'illettrisme. Parmi elles :

  • Lire et Faire Lire intervient auprès d’'enfants, en mobilisant notamment des retraités, pour développer leur goût de la lecture et lutter contre le décrochage scolaire.
  • L’'association AgirABCD met en place des soutiens scolaires pour les enfants mais également des cours pour les adultes qui veulent suivre les études de leurs enfants et s’'intégrer par la maîtrise de la langue, de la lecture et l’'écriture. Dans l’'Ille-et-Vilaine par exemple, AgirABCD a créé un atelier « La Plume » d’'aide bénévole à l’'écriture et la lecture des personnes adultes en difficulté.
  • L’'illettrisme n’'est pas le fait de pays en voie de développement : il concerne aussi la France. La lutte contre l’'illettrisme repose sur un réseau associatif qui accompagne enfants et adultes pour permettre à chacun d’'être libre.

Sources