Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Face au risque dépendance, des engagements budgétaires forts

1 juin 2018 - Le Gouvernement a présenté une feuille de route pour relever le défi du vieillissement de la population et de la dépendance.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : en 2017, 1,5 millions de Français ont plus de 85 ans ; en 2050 ils seront près de 5 millions. Relever le défi de la prise en charge du vieillissement de la population et de la dépendance est nécessaire. Cela s’impose comme l’un des grands chantiers du quinquennat.


« Face au défi du vieillissement, il y a une attente forte. C'est mon devoir, et celui des pouvoirs publics, de préparer l’avenir et de donner le cap, pour que nous puissions maintenir une place juste et digne de nos aînés à nos côtés. » - Agnès Buzyn

Afin de répondre aux besoins des personnes, de leur famille, des professionnels du secteur, nous allons repenser l’accompagnement et l’intégration des personnes âgées à la société et mettons en place plusieurs mesures d’urgence.

Soutenir les professionnels de santé en EHPAD

Pour les professionnels de santé, la qualité des conditions de travail est un enjeu de premier plan. C’est pourquoi Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé a établi en 2017 la commission Qualité de vie au travail. Celle-ci vient de proposer un plan d’action détaillé qui recommande l’amélioration des locaux des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) ou l’acquisition de matériel plus adapté. Ces propositions vont être étudiées rapidement.

Donner la priorité à la prévention, à domicile comme en EHPAD

Afin de limiter le risque de sur-effectifs dans les EHPAD et la sur-médicalisation de l’accueil des patients dans ces établissements, la prévention est prioritaire. Nous allouerons, en 2018, 15 millions d’euros pour le financement de plans de prévention en EHPAD puis 30 millions en 2019. Pour prévenir la perte d’autonomie et faire en sorte que les personnes puissent rester à domicile selon leur souhait, nous allons consacrer 100 millions d’euros entre 2019 et 2020 à la refonte du mode de financement de l’aide à domicile.

Répondre aux besoins croissants de soins médicaux

Le vieillissement de la population implique un besoin croissant de soins médicaux.

Pour réduire la durée d’hospitalisation et faciliter le retour à domicile, nous allons financer 1 000 places d’hébergement temporaire en EHPAD dès 2019, au même tarif qu’à l’hôpital.

Nous allons également généraliser le recours à la télé-médecine pour les personnes âgées, en particulier dans les déserts médicaux, afin de limiter les déplacements et d’améliorer le suivi médical.

Pérenniser le financement des établissements

Nous allons débloquer 360 millions d’euros supplémentaires de 2019 à 2021 pour le recrutement de personnel soignant dans les EHPAD, afin d’améliorer les conditions de travail des soignants.