Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Jean Castex : “Ensemble, nous surmonterons cette épreuve, j'en ai la conviction”

15 octobre 2020 - Au lendemain de la prise de parole du Président de la République, le Gouvernement a fait un point sur l'application des mesures dans la lutte contre la Covid-19. Parmi celles-ci, l’anticipation du versement de la hausse des salaires des soignants.

“La seule vraie stratégie possible est le freinage de l’épidémie par le respect strict des gestes barrière et par la réduction des contacts et des interactions sociales”, a indiqué le Premier ministre, en réponse aux critiques, avant de détailler les mesures annoncées hier par le Président de la République.

Le Gouvernement a fait le choix de prendre des mesures ciblées ville par ville et territoire par territoire. “Nous faisons le pari de la confiance avec les élus locaux”, a déclaré Jean Castex. Des mesures qui ont porté leurs fruits que ce soit au travail ou à l’école. Aujourd’hui seules 274 classes scolaires sur 530 000 sont fermées sur l’ensemble du territoire national.


Lire aussi - Emmanuel Macron : “Face au virus, nous devons tous agir”

La situation sanitaire actuelle implique de prendre des mesures complémentaires. “Le mot d’ordre général : réduire le nombre de personnes que nous rencontrons dans des moments de convivialité,” a indiqué le Premier ministre.

  • 12 000 policiers et gendarmes chargés de faire respecter le couvre-feu

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, est revenu sur l’application du couvre-feu dans 8 métropoles (Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Saint-Etienne, Toulouse) et dans la région Ile-de-France.

  • Travail : un protocole national strict
Elisabeth Borne, ministre du Travail, l’a indiqué : grâce au protocole national, les salariés peuvent aller au travail en toute sécurité.

Des dispositions relatives au télétravail sont en revanche pertinentes pour lutter contre la propagation du virus. Sa mise en œuvre doit respecter un équilibre entre freiner le virus, maintenir l'activité de l'entreprise, et la lutte contre l'isolement des salariés. Il doit également reposer sur le dialogue social dans l’entreprise.

  • Le renforcement et l’élargissement des dispositifs d’aides aux entreprises

“Aux responsables de l'hôtellerie, de la culture, de la restauration, de l'événementiel : nous serons à leurs côtés en renforçant les dispositifs déjà en vigueur. Tout ce qui doit être fait sera fait pour réduire l'impact économique de la crise,” a déclaré Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, avant d’annoncer l’ajustement des dispositifs existants :

  • Le soutien aux plus vulnérables et aux plus touchés par la crise

“Le déploiement du plan pour les jeunes est une priorité du Gouvernement”, a indiqué Jean Castex, évoquant les objectifs du dispositif “Un jeune, une solution” : soutenir l'embauche pour accélérer le recrutement de jeunes.

Le Premier ministre a également réaffirmé l’annonce faite hier par le Président de la République : une aide exceptionnelle à 4,1 millions de foyers. Des mesures qui ont vocation à être complétées samedi 17 octobre à l'occasion de la Journée mondiale du refus de la misère.

  • Une adaptation du système de soin dans les prochaines semaines

Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, a précisé la stratégie sanitaire du Gouvernement, toujours basée sur le triptyque : tester, alerter, isoler. “Nous sommes en train de gagner la bataille des délais” a-t-il déclaré à propos des tests PCR. Désormais plus de 90% des résultats des tests arrivent sous 48h.

Enfin, à l'intention des personnels des établissements de santé, des mesures ont été prises pour reconnaître leur engagement :

  • Une indemnité compensatrice de congés non pris allant de 110 à 200 euros bruts par jour.
  • Une enveloppe de 100 millions déléguées aux ARS pour mieux organiser la gestion des ressources humaines.
  • L’anticipation du versement de la hausse des salaires prévue par le Ségur de la santé (200 euros par mois pour les 2 millions de soignants en hôpitaux et en EHPAD). Après une première tranche de 90 euros par mois en septembre, la deuxième tranche de 93 euros par mois interviendra avant la fin de l'année 2020.

“Nous traversons un moment inédit de notre histoire et appelé à durer plusieurs mois encore. comme toujours, la tentation est grande chercher les boucs émissaires et nous perdre dans les vaines polémiques. Quand la crise sera terminée, nous en tirons les conséquences. L'Etat et le Gouvernement sont en première ligne pour vous protéger. Ensemble, nous surmonterons cette épreuve, j'en ai la conviction”, a conclu le Premier ministre.