Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Le big bang de la formation professionnelle

5 mars 2018 - Le Gouvernement a présenté sa réforme de la formation professionnelle, une réforme au coeur de notre projet de transformation.

De nouvelles sécurités professionnelles pour tous ceux qui ont ou cherchent un emploi

Pour de nombreux salariés ou demandeurs d’emplois, la formation professionnelle était un droit, certes, mais un droit « formel » : beaucoup n’en profitent pas. Tout l’enjeu est d’en faire un « droit réel » qui permet de sécuriser les parcours professionnels et de se préparer à toutes les évolutions du monde économique.

La réforme de la formation professionnelle est au coeur de notre projet de transformation de notre modèle social.



Pour relever pleinement ce défi, le Gouvernement va s’inspirer de l’accord des partenaires sociaux mais il ira plus loin pour construire un système plus efficace, plus juste et plus lisible.


Plus efficace

Notre système de formation professionnel n’est pas à la hauteur des enjeux auxquels sont confrontés les salariés :

  • Alors que 50% des métiers seront profondément transformés dans la décennie à venir, seul un salarié sur deux accède à la formation professionnelle (contre 70 % en Suède).
  • La compétence est la première des sécurités professionnelles. Il est impératif de rendre notre système de formation professionnelle plus performant alors qu’il représente un budget de 25 milliards d’euros chaque année.
  • L’enjeu est de permettre à chacun de se donner les moyens de saisir de nouvelles opportunités professionnelles.


Ce qui va changer : des droits beaucoup plus importants et plus accessibles.

  • Le Compte Personnel de Formation (CPF) de chaque salarié sera crédité de 500 € (sous un plafond de 5 000 €) pour qu’il puisse choisir sa formation en toute liberté.
  • Les entreprises pourront abonder au Compte Personnel de Formation de leurs salariés au-delà du plafond.
  • Une nouvelle agence nationale, France Compétences, aura pour mission de réguler la qualité des formations et leur coût.

Plus juste

Le système actuel de formation professionnelle n’est pas juste. Il aggrave l’inégalité des chances au lieu de fournir à chacun l’opportunité de construire son projet professionnel :

  • Un ouvrier a deux fois moins de chance d’être formés qu’un cadre (34 % des ouvriers contre 66 % des cadres ont accès à la formation professionnelle chaque année).
  • Les salariés de TPE ont deux fois moins de chance d’être formés que ceux des entreprises de plus de 250 salariés (35 % contre 62 %).


Ce qui va changer : des droits plus ouverts et plus importants.

  • Les salariés non-qualifiés auront un droit de formation majoré de 800 € / an (sous un plafond plus haut 8 000 €)
  • Les droits à la formation seront exprimés en euros et plus en heures : c’est plus juste car l’heure de formation d’un cadre est en moyenne plus chère que celle d’un employé. Avant, on finançait davantage la formation des cadres que celle des personnes moins qualifiées.
  • Les salariés à temps partiels auront les mêmes droits que les salariés à temps plein. C’est une mesure de justice, en particulier pour les femmes qui représentent 80 % des salariés à temps partiel.
  • Un investissement majeur est réalisé en faveur des demandeurs d’emploi : le Plan d'investissement dans les Compétences sera doté de 15 milliards d’euros et permettra de former un million de demandeurs d’emplois peu qualifiés et un million de jeunes éloignés de l’emploi sur 5 ans ;
  • La formation professionnelle sera favorisée dans les TPE et les PME grâce à un système de solidarité financière des grandes entreprises.

Plus lisible

Le système de formation professionnelle français ne répond pas aux attentes des citoyens car il est trop complexe. Et pour cause, il existe 90 000 organismes de formation en France ! La réforme veut remettre les dispositifs de formation « au service des entreprises, des salariés et des demandeurs d’emploi, et non l’inverse ».



Pour rendre le système plus lisible, la réforme du Gouvernement prévoit :

  • De permettre à chacun de choisir facilement sa formation dans une offre lisible grâce à une application mobile pour le Compte Personnel de Formation (CPF) qui fera la transparence sur le taux d’insertion dans l’emploi des formations, les salaires prévisionnels à l’embauche, les commentaires des usagers etc. ;
  • De créer une cotisation formation professionnelle unique pour les entreprises (au lieu de deux aujourd’hui) pour simplifier leurs démarches administratives.

Lire les résultats de notre consultation sur la formation professionnelle

Le rapport