Retrouvez cet article sur en-marche.fr

StopCovid : “L’urgence est de couper les résurgences de l’épidémie le plus vite possible”

28 mai 2020 - L’utilisation de l’application StopCovid vient d’être votée par le Parlement. Jugée essentielle par la communauté médicale, elle sera particulièrement utile en vue de la nouvelle phase du déconfinement prévue à partir du 2 juin.

Cet outil sanitaire, qui a vocation à compléter l’action des médecins et de l’Assurance maladie, vise à contenir la propagation du virus en stoppant au plus vite les chaînes de contamination.

Le principe est simple : prévenir, tout en garantissant l’anonymat, les personnes qui ont été à proximité d’une personne testée positive, afin que celles-ci puissent être prises en charge le plus tôt possible.

Cédric O a réaffirmé le caractère volontaire du téléchargement de l’application et a rappelé les précautions prises pour protéger la vie privée de tous :

  • Nulle utilisation de la géolocalisation,
  • Nul accès ni à vos contacts ni à la liste des personnes que vous avez croisées,
  • Nulle possibilité de savoir de qui vient l’information. Pour qui que ce soit.

Un outil complémentaire pour gagner en efficacité et en rapidité

L’identification des contacts par les brigades sanitaires est aujourd’hui assurée à trois niveaux:

  • Le médecin ayant établi le diagnostic identifie les “cas contact” au sein du foyer familial et évalue, à cette occasion, la capacité du patient à réaliser son isolement à domicile ;
  • Les plateformes de gestion opérées par l’Assurance maladie, ouvertes 7 jours sur 7, identifient les “cas contact” hors du foyer ;
  • Les Agences Régionales de Santé, en lien avec Santé Publique France, sont chargées de la gestion des situations relevant des chaînes de transmission plus complexes ou de clusters. Elles pourront faire appel à des équipes mobiles, notamment en cas de transmissions groupées ou de publics éloignés du système de santé.

StopCovid vient compléter ce dispositif. L’application permettra d'alerter les “cas contact” de personnes “anonymes”, croisées par exemple dans les transports en commun ou la queue du supermarché. Elle permettra de prévenir immédiatement via l'application ces mêmes cas contacts, permettant de gagner plusieurs heures précieuses.

Les députés de La République En Marche ont voté pour le projet.