Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Brexit : 3 questions à ... Amélie de Montchalin

31 janvier 2020 - Jour J pour le Brexit. L'occasion pour notre Mouvement de s'entretenir avec Amélie de Montchalin, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, chargée des Affaires européennes.

1- Que retenir de ces trois années de négociation entre le Royaume-Uni et l'Union européenne ?

Le Royaume-Uni quittera l’Union européenne le 31 janvier alors qu'une période de négociation débutera le 1er février. Mais il faut surtout retenir que nous avons trouvé un accord et évité une sortie désordonnée du Royaume-Uni. L’Europe a su parler d’une seule voix derrière son négociateur en chef Michel Barnier, et les droits des citoyens européens et britanniques ont été préservés.

2- Quelle relation future entre le Royaume-Uni et l'Union européenne ?

Il est sûr que la relation future entre le Royaume-Uni et l’Europe sera différente puisque le Brexit aura des conséquences, mais nous souhaitons que cette nouvelle relation, soit pour autant une relation équilibrée et fondée sur la réciprocité. De plus, le Royaume-Uni restera un partenaire majeur pour la France avec lequel nous voulons continuer d’entretenir des liens profonds sur le plan bilatéral notamment dans le domaine de la sécurité, de la défense mais aussi pour le climat avec deux moments majeurs de cette forte coopération qui seront le sommet franco-britannique à l’automne 2020 et la COP26 à Glasgow.

3- Comment le Gouvernement compte-t-il protéger les Français dans cette période de transition ?

Le gouvernement et les négociateurs européens sont pleinement mobilisés pour défendre les intérêts des Français dans cette période de transition. Les citoyens français pourront continuer de vivre au Royaume-Uni et bénéficier des mêmes conditions qu’aujourd’hui. Le gouvernement ne transigera pas sur les intérêts de ses agriculteurs, pêcheurs et entreprises françaises. Nous nous assurerons de maintenir des conditions de concurrence loyale en matière fiscale et en matière sociale et environnementale. Nous serons extrêmement vigilants sur les normes sanitaires et les normes de productions agricoles. Notre position est également très ferme sur le secteur de la pêche, nous souhaitons maintenir et permettre le meilleur accès aux eaux britanniques pour les pêcheurs. Nous sommes prêts à prolonger la période de négociation si nous ne trouvons pas d’accord, car le Gouvernement ne transigera pas sur les intérêts des Français.