Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Ça Réveille : le gaspillage alimentaire

20 août 2016 - Aujourd’'hui, à l’'échelle de la planète, 1,3 milliards de tonnes de denrées alimentaires destinées à la consommation sont gaspillées par an.

Le constat qui réveille

Le gaspillage alimentaire est un problème non seulement environnemental mais aussi économique et social. Les aliments sont jetés tout au long de la chaîne alimentaire, de la production à la consommation, dans les champs agricoles, les industries, les restaurants ou à la maison.

En 1975, l’'Union européenne définit le gaspillage alimentaire comme « toute substance alimentaire, crue ou cuite, qui est jetée, a l'intention d'être jetée ou nécessite d'être jetée ». Mais depuis 40 ans, le phénomène a pris une grande ampleur avec l’'évolution de la société de consommation et la mise en place de normes sur les dates de péremption des aliments.

Ainsi aujourd’'hui, à l’'échelle de la planète, 1,3 milliards de tonnes de denrées alimentaires destinées à la consommation sont gaspillées par an. Cela correspond à 1/3 des aliments produits sur la planète selon l’'Organisation des Nations Unies pour l’'alimentation et l’'agriculture.

Ce constat a non seulement des impacts sur l’'environnement mais aussi sur le porte-monnaie de chaque ménage ; en France, le gaspillage coûte entre 100 et 160€ par an à chaque personne. ? Avec toutes les denrées alimentaires gaspillées chaque année par l’Europe, on pourrait nourrir toutes les personnes qui ne mangent pas à leur faim dans le monde. Or, seuls 10% des produits jetés sont reversés à des associations pour l’'aide alimentaire.

La lutte contre le gaspillage

Face à ce constat, différentes initiatives naissent dans le cadre de la lutte contre le gaspillage qui s’'inscrit dans la lutte contre la faim dans le monde, la réduction de l’'impact environnemental, l’'aide aux personnes démunies et l’'optimisation de l’'agriculture.

En juin 2013, la France s’'engage à travers le Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire à réduire de moitié le gaspillage d’ici 2025. La loi Garot sur la lutte contre le gaspillage alimentaire a été votée en février 2016. Elle interdit aux grandes surfaces de jeter les invendus consommables en les obligeant à signer une convention avec une association.

En dehors du cadre public, des start-ups et associations participent à la lutte contre le gaspillage. La start-up Comerso fait par exemple le lien entre les supermarchés et les associations. Elle collecte les invendus et les redistribue au Secours populaire français et à Banques alimentaires. Comerso revendique à ce jour 1001 tonnes de marchandises récoltés et 2 003 490 repas distribués aux associations.

Phenix est une autre association qui sensibilise et accompagne les acteurs du secteur alimentaire dans la transition vers un modèle anti-gaspillage. Phenix souhaite ainsi donner une « seconde vie aux produits ».

Dès lors, le gaspillage alimentaire est une réalité qui représente le déséquilibre du système de consommation mondial. Le dynamisme des start-ups participe à la mobilisation autour de cet enjeu.

Mais ce sujet est un défi de ces prochaines années. Allons-nous réussir à adapter nos habitudes de consommation pour accomplir la nécessaire transition vers un modèle alimentaire plus équilibré et adapté aux besoins de chacun ? Plus que l’'engagement des pouvoirs publics ou l’'action d’'associations, c’'est par la mobilisation de chacun que le gaspillage alimentaire sera réduit.

Sources