Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Ce qui change à la rentrée 2017

1 septembre 2017 - « C’est le mandat d’Emmanuel Macron que je vais appliquer : renouer avec l’optimisme français. » Jean-Michel Blanquer

L’éducation, le premier chantier du gouvernement

Faire réussir tous les élèves passe par l’école de la confiance. Cette rentrée permettra d’en bâtir les fondations : les élèves doivent quitter l’école primaire avec la maîtrise des savoirs fondamentaux, ils doivent savoir qu’ils seront accompagnés quand ils font face à des difficultés, et qu’ils pourront bénéficier de la liberté de cultiver leurs talents.

L’école : objectif 100% de réussite en primaire

  • Le dédoublement des classes de CP en zones prioritaires

Le principe : diviser par deux la taille des classes de CP dans les zones les plus prioritaires.

Pourquoi : la France est l’un des pays où le poids des inégalités est le plus lourd, où l’origine sociale détermine le plus le parcours scolaire. Réduire les effectifs là où les difficultés sont les plus fortes permettra de venir en aide aux plus fragiles.

Concrètement : 85% des 2 500 classes de CP en réseau prioritaire renforcé (REP+) verront leur effectif divisé par 2. Dans les 15% restants, deux maîtres travailleront en petits groupes dans la classe.

  • Des stages de réussite en CM2

Le principe : proposer des stages aux élèves en difficulté afin de consolider leurs connaissances en français et en mathématiques avant l’entrée au collège.

Pourquoi : 1 élève sur 5 sort de l'école primaire sans savoir bien lire, écrire ou compter. Cela entrave la réussite de leur scolarité au collège.

Concrètement : les stages seront proposés pendant les vacances scolaires. Ils auront lieu en petits groupes de 5 à 6 élèves, trois heures par jour pendant cinq jours. Ils seront animés par des professeurs volontaires. Les premières sessions se sont tenues à la fin du mois d’août.

  • L’évaluation des compétences en CP et en 6e

Le principe : instaurer des évaluations à l’entrée en CP et en 6e.

Pourquoi : Grâce à ces évaluations, nous connaitrons mieux les compétences des élèves à l’entrée à l’école élémentaire et au collège. Effectuées en début d’année, elles permettront de développer les meilleures stratégies pédagogiques pour chaque élève et d’orienter la formation continue des professeurs au plus près des besoins.

Concrètement : les compétences des élèves seront évaluées en français et en mathématiques à chaque rentrée de CP et de 6e. Ce diagnostic initial permettra de faire un retour individualisé à l’élève, de mesurer ses progrès et de mieux prendre en compte ses besoins pour l’année à venir.

  • L’adaptation des rythmes scolaires

Le principe : donner de la liberté et de la souplesse aux communes dans l’organisation des rythmes scolaires.

Pourquoi : En 2013, le gouvernement avait instauré la semaine de 4 jours et demi, sans laisser aux acteurs de terrain le choix des rythmes qui conviennent le mieux aux enfants et à la situation locale. Aucune étude scientifique ne démontre la supériorité d’une organisation du temps scolaire sur une autre quant à un impact sur les résultats ou les progrès scolaires. Les différentes modalités d’organisation feront l’objet d’une évaluation rigoureuse dès cette année.

Concrètement : un tiers des écoles ont choisi la semaine de 4 jours à la rentrée 2017.

Le collège : redonner confiance à tous les acteurs

  • L’instauration d’aide aux devoirs au collège

Le principe : proposer un soutien scolaire aux collégiens volontaires.

Pourquoi : le travail personnel est essentiel pour la réussite de la scolarité, mais les devoirs sont aussi une source d’inégalité, en particulier depuis la suppression des dispositifs d’accompagnement éducatif après la classe 2015.

Concrètement : des cours de soutien gratuits seront proposés dès la Toussaint à tous les collégiens. Ces cours seront assurés au sein des établissements, par des professeurs, des assistants d’éducation, des associations qui interviennent déjà dans le cadre scolaire et des jeunes en service civique.

  • Le rétablissement des classes bilangues et une nouvelle ambition pour le latin et le grec

Principe : donner de la liberté aux collèges dans l’organisation des enseignements afin de les adapter au mieux aux élèves.

Pourquoi : La réforme du collège de 2015 incluait la suppression d’une grande partie des classes bilangues et des sections européennes, et un amoindrissement de l’enseignement du latin et du grec. Ces parcours d’excellence permettent pourtant tirer les élèves vers le haut et de valoriser les établissements.

Concrètement : dès la rentrée, les classes bilangues sont rétablies et les collèges pourront rétablir les sections européennes. Ils pourront également proposer à nouveau un véritable enseignement du latin et du grec.

Et aussi

  • Hausse du budget

Le budget de l’Éducation nationale va être porté à plus de 50 milliards d’euros pour 2018, grâce à une augmentation de 1,2 milliard d’euros. Cette hausse est le signe que l’éducation est bien l’une des priorités fortes du Gouvernement.

  • Auxiliaires de Vie Scolaire

Près 8 000 emplois supplémentaires seront créés pour un nombre total de 80 000 accompagnants. Ils permettront de couvrir l'ensemble des besoins et d’accompagner 164 000 élèves en situation de handicap.

  • La rentrée en musique

De la maternelle au lycée, les établissements scolaires ont été invités à accueillir les nouveaux élèves en musique par les orchestres et les chorales de leurs ainés afin de commencer l’année de manière positive et d’incarner le nouvel élan qui sera donné à l’éducation artistique et culturelle.