Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Agir pendant le confinement : les marcheurs se mobilisent !

20 mars 2020 - Ils s'appellent Sophie, Françoise, Thierry ou Rémi et, dans tous les territoires, ils viennent en aide aux personnes fragiles ou isolées. Voici les histoires de celles et ceux qui ont décidé de créer de nouvelles solidarités face à la crise du Covid-19.

Rompre la solitude des plus de 70 ans, contenir la propagation du virus dans nos activités du quotidien, garder les enfants des personnels soignants ou encore faire les courses des personnes fragiles, les marcheuses et les marcheurs ont décidé d'agir. Rencontres avec des citoyennes et citoyens engagé(e)s.

Coronavirus et confinement : invention de nouvelles solidarités


  • Rendre des services du quotidien aux personnes fragiles et isolées
  • Dans les Yvelines, Sophie a mis en place un système de collecte alimentaire avec l'accord de deux hypermarchés. Pour découvrir ou rejoindre son projet, rendez-vous sur la page : Cliquez-ici
    Ecoutez son témoignage :
  • A Marseille, Thierry et ses amis viennent en aide aux personnes isolées dans son arrondissement :
"J’ai déposé des affichettes chez les commerçants de mon quartier : l’épicier, le boulanger, l’imprimeur, le pharmacien … C’était le jeudi, deux jours après le début du confinement. Dès le weekend, les appels se sont multipliés ! J’ai demandé à des copains qui habitent l’arrondissement de m’aider : nous sommes désormais quatre à accompagner une vingtaine de personnes résidant dans le 7ème arrondissement".
  • A Paris, c'est Rémi et son équipe qui ont laissé leurs coordonnées en bas de leur immeuble afin que des voisins dans le besoin puissent les solliciter pour des petits services comme par exemple imprimer une attestation de déplacement.
  • A Brest, Hervé a fondé le groupe "Solidarité Coronavirus Brest", pour faciliter la mise en relation des aidants et des aidés. Voici son histoire : lire l'interview
"J’ai été très ému lorsque j’ai reçu un premier message de remerciement, celui d’une jeune femme célibataire avec un nourrisson de quelques mois qui ne pouvait pas se déplacer et qui, grâce au groupe, a trouvé quelqu’un pour lui rapporter un colis du Secours Populaire".
  • Découvrez enfin l'idée de Jacky qui, au deuxième jour du confinement, a proposé de déclencher la réserve communale de sécurité civile de sa ville. Explications : lire l'interview
"Électriciens, informaticiens, jardiniers, gardiens de la paix, menuisiers ... Nous sommes désormais 28 à porter la veste de la réserve communale de sécurité civile du Vernet".
  • Les Français de l'Etranger ne sont pas en reste. Aux États-Unis et au Canada, deux marcheuses expatriées ont mis en place un dispositif d’entraide pour les Français d'Amérique du nord. Un formulaire en ligne leur permet de mettre en relation ceux qui sont dans le besoin et ceux qui peuvent aider.

  • Soutenir moralement les personnes âgées

  • Pour rompre la solitude des plus de 70 ans, Audrey, en Seine-et-Marne, a mis en place l’envoi de messages à des personnes âgées en passant par les EHPAD et associations d’aide à domicile.
    Ecoutez son témoignage :
  • Dans la Meuse, Anne et des bénévoles ont identifié les personnes âgées isolées durant le tractage pour leur liste aux municipales ainsi que grâce au réseau de voisinage. Dans ce contexte particulier, ils se sont organisés pour passer des appels à ces personnes afin de prendre de leurs nouvelles et savoir comment ils vivent ce confinement. L’initiative est très appréciée par ces personnes et fait parfois émerger d’autres problématiques comme la demande d’aide pour les courses.

  • Soutenir les personnels soignants

  • Gaëlle organise une chaine de solidarité dans le Morbihan, au sein du collectif "Solidarité Soignants T8", pour acheminer du matériel de protection sanitaire aux structures de son département. Retrouvez l'intégralité de notre échange avec Gaëlle : Lire l'interview.
"Il s’agit à chaque fois d’un don, de la même manière qu’une dame nous envoie quelques gants de plastique ou qu’un jeune homme nous met à disposition son imprimante 3D pour produire des visières. Notre appel à la solidarité fonctionne, cela met du baume au coeur !".
  • A l’image de Barbara, vous êtes nombreux à vous être proposé(e)s pour garder les enfants des personnels soignants ou faire leurs courses.
  • Françoise Sur, habitante de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, confectionne, à partir des tissus qu'elle a chez elle, des blouses à destination du personnel médical, des soignants mais également des médecins, caissières etc... Cette initiative est une aide concrète et fiable à la prolifération du virus. Rejoindre l'initiative de Françoise : Cliquez-ici
  • En Gironde, une marcheuse s'est joint à l'effort de solidarité d'autres citoyens. Le but : aider les soignants, qui n'ont souvent plus le temps de rentrer chez eux, à trouver un logement temporaire et gratuit à proximité des hôpitaux où ils exercent.

  • Accompagner les jeunes à distance et faciliter la continuité pédagogique

  • Aux quatre coins de la France, des citoyens aident à distance ceux qui ont des difficultés à faire leurs démarches en ligne ou soutiennent les enfants dans leurs apprentissages.

  • Contribuer à diffuser les informations et les mesures d’hygiène

  • Pour contenir la propagation du virus, des habitants de Villiers-le-Bel sensibilisent en ligne aux bonnes pratiques d’hygiène.
  • A Amilly, dans le Loiret, des bénévoles s’organisent pour désinfecter les caddies de supermarché et incitent les clients à utiliser leurs propres sacs de courses.

Vous souhaitez lancer un projet ou agir à votre niveau ?


Vous aussi, vous pouvez faire la différence et vos initiatives sont précieuses pour sauver, soutenir vos concitoyens !
Pour connaitre ce qui se fait déjà et s’inspirer de ce qui marche, être mis en relation avec d’autres personnes qui ont envie d’agir, savoir comment s’y prendre en respectant les consignes et en évitant les risques :

Nos équipes vous accompagnent pour le mettre en place ! Venez en renfort pour les missions prioritaires de la Réserve Civique !


  • Les 5 règles de sécurité à respecter
  • En toutes circonstances, je fais en sorte de garder ma distance de sécurité d’au moins un mètre avec les bénéficiaires et les autres bénévoles.
  • J’applique les gestes barrières pour me protéger et protéger les bénéficiaires et les autres bénévoles.
  • Je suis un ambassadeur des règles de sécurité et des gestes barrière que j’explique et promeus auprès des bénéficiaires et des autres bénévoles.
  • Au moindre doute d’infection, sans attendre, j’informe l’association et je reste chez moi.
  • Âgé de 70 ans ou plus ou porteur d’une maladie chronique, je ne m’engage que dans des missions à distance, depuis mon domicile, pour protéger au maximum ma santé et celle des autres.