Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Pourquoi la droite veut revenir sur l’allongement du congé paternité ?

10 novembre 2020 - Les sénateurs LR souhaitent revenir sur le doublement du congé paternité voté à la quasi-unanimité à l’Assemblée nationale. Pourquoi chercher à diminuer la portée d’une réforme aussi attendue ?

C’est une promesse tenue d’Emmanuel Macron.
Votée en première lecture à l’Assemblée nationale le 23 octobre dernier par l’ensemble des députés, dont les députés LR, (et à l’exception de Jean-Luc Mélenchon et une députée LFI), l’allongement du congé paternité de 14 jours à 28 jours doit entrer en vigueur en juillet prochain. Mais voilà que certains à droite jouent les trouble-fête. S’ils ne souhaitent pas revenir (pour l’instant) sur l’ensemble du dispositif, ils souhaitent en effet en réduire la portée.

  • 2 amendements pour revenir en arrière

Affirmant que tous les pères ne souhaitent pas bénéficier de ce congé paternité et que son application pourrait être difficile à mettre en place par toutes les entreprises, les sénateurs LR souhaitent revenir sur la semaine obligatoire à prendre tout de suite après la naissance de l'enfant. Un premier amendement, cosigné par 39 sénateurs LR, dont le président du groupe Bruno Retailleau, vise ainsi à abroger l'obligation aux pères de prendre sept jours de congé après la naissance. Le second, cosigné par 25 sénateurs LR doit faire en sorte que l'allongement du congé paternité ne s'applique qu'aux salariés titulaires d'un CDI ou d'un CDD d'un minimum de six mois dans la même entreprise.


  • Nous tiendrons la promesse d'Emmanuel Macron


Il est pourtant essentiel de donner aux deux parents le temps de s’occuper pleinement de leur nouveau né, quelque soit la situation du père
. Une réalité démontrée par Boris Cyrulnik, neuropsychiatre, dans son rapport sur les "1000 premiers jours de l’enfant" remis dans le cadre de la politique de la petite enfance portée par Adrien Taquet, secrétaire d'Etat en charge de la protection de l'enfance.
La mise en place d’une semaine obligatoire à prendre tout de suite après la naissance de l’enfant est une mesure de justice sociale et d’équité, qui offre un dispositif protecteur à tous les salariés – y compris les plus précaires. Aujourd’hui, seulement 50 % des personnes en CDD ont recours au congé paternité, contre 80 % des personnes en CDI. Si la loi n'est pas obligatoire, nous ne pourrons pas garantir le cadre dans lequel elle sera appliquée, ou non.
Cette mesure s’inscrit plus largement dans le combat que mène le Gouvernement contre les inégalités entre les femmes et les hommes. Il s’agit de la grande cause du quinquennat, et nous continuerons d’agir pour garantir toujours plus d’égalité.


  • Plus d’infos sur l'allongement du congé paternité : cliquez-ici