Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Covid-19 : les dernières annonces du Président

17 mars 2020 - Face à la crise sanitaire que nous connaissons, nous devons faire bloc. C’est en appelant à l’exemplarité des comportements et à la solidarité que nous pourrons combattre la propagation du Covid-19 sur notre territoire.

Le 12 mars 2020, le président de la République avait annoncé les premières mesures de gestion de l’épidémie de Coronavirus sur notre territoire (lire l’article). Ce lundi 16 mars, de nouvelles mesures exceptionnelles ont été annoncées.

Lors de son allocution, le président de la République a rappelé qu’au moment où la situation sanitaire se dégrade fortement et où la pression sur nos hôpitaux et nos soignants s’accentue, tout notre engagement, toute notre énergie, toute notre force, doivent se concentrer sur un seul objectif : ralentir la progression du virus.

« Nous sommes en guerre sanitaire. L’ennemi est là, invisible, insaisissable et il progresse. Cela requiert notre mobilisation générale. »
Emmanuel Macron, le 16 mars 2020
  • Adapter notre mode de vie

Après avoir consulté les experts et les remontées du terrain, le Président a annoncé un renforcement des mesures de restrictions des déplacements, nécessaires non seulement pour se protéger soi mais aussi pour protéger les autres.

Dès le 17 mars à 12h et pour 15 jours minimum, nos déplacements et contacts non essentiels seront fortement réduits. Partout sur le territoire français, en métropole comme outre-mer, seuls doivent demeurer les trajets nécessaires pour se nourrir, se soigner, travailler quand le travail à distance n’est pas possible, faire un peu d’activité physique. Plus de regroupements extérieurs, de réunions familiales ou amicales et se retrouver dans les parcs ou dans la rue, ne sera plus possible.

Dans le même temps, les frontières de l’Union européennes à l’égard des pays non européens sont fermées pour une durée de 30 jours minimum. Seuls les déplacements avec la Suisse et le Royaume-Uni seront préservés :

  • Cette décision n’affecte pas les territoires d’outre-mer. Bien entendu, nous ferons tout pour assurer le retour en France de nos compatriotes qui doivent revenir de l’étranger.
  • Cette mesure a été définie en étroite coordination européenne, notamment avec la présidente de la Commission européenne, le président du Conseil européen et la chancelière Angela Merkel. L’Etat français souhaite que l’ensemble des pays européens appliquent cette mesure au plus vite.
  • L’objectif de cette mesure est de nous protéger. En limitant la propagation du virus, de et vers l’Europe, d’une part, et en réduisant la pression sur notre système de santé, qui ne peut pas accueillir en ce moment des ressortissants étrangers pour des soins non urgents, d’autre part. Une telle restriction de circulation est cohérente avec les efforts demandés à tous les Français pour limiter leurs déplacements.
  • Elle est plus efficace et moins perturbatrice que des mesures de fermeture des frontières à l’intérieur de l’Europe, qui doivent être évitées pour permettre aux travailleurs frontaliers de poursuivre leur activité et aux marchandises essentielles de circuler en Europe.


  • Adapter notre vie démocratique et institutionnelle

Toute l’action du Gouvernement et du Parlement doit être désormais tourné dans le combat contre l’épidémie. « De jours comme de nuit, rien ne doit nous divertir » a précisé le président de la République.

À cet égard : toutes les réformes en cours sont suspendues à commencer par la réforme des retraites. Lors du prochain Conseil des ministres, sera présenté un projet de loi permettant au gouvernement de répondre à l’urgence et, lorsque nécessaire, de légiférer par ordonnances dans les domaines relevant strictement de la gestion de crise. Ce projet sera soumis au Parlement dès jeudi 19 mars. Après avoir consulté le président du Sénat, le président de l’Assemblée nationale ainsi que ses prédécesseurs, le président de la République a décidé que le second tour des élections municipales serait reporté.

  • Renforcer la protection et les moyens pour notre système de santé

Le Président a souligné que la France soutiendrait les personnels soignants en ville et à l’hôpital en première ligne dans ce combat. « Ils ont des droits sur nous. Nous leur devons les moyens, la protection. Nous serons là » :

  • Les masques seront réservés en priorité pour l’hôpital et la médecine de ville et de campagne, en particulier pour les généralistes et les infirmières.
  • Des masques seront livrés dans les pharmacies dès mardi 17 mars dans les 25 départements les plus touchés et mercredi pour le reste du territoire national.
  • La garde des enfants des personnels soignants continuera d’être assurée grâce au service minimum de garde mis en place.
  • Les taxis et hôtels pourront être mobilisés à leur profit afin de leur assurer sérénité dans leurs déplacements et repos. « L’Etat paiera ».
  • Par ailleurs, afin d’appuyer l’afflux de patients et la saturation des hôpitaux dans le Grand Est, un hôpital de campagne du service de santé des Armées sera déployé dans les jours à venir en Alsace. Les armées apporteront leur aide pour déplacer les malades des régions les plus affectées pour ainsi réduire la congestion des hôpitaux dans certains territoires.

  • Soutenir les travailleurs et les entrepreneurs

Le chef de l’Etat a précisé qu’aucune entreprise quelle que soit sa taille « ne sera livrée au risque de la faillite » et qu’aucune Française, aucun Français « ne sera laissé sans ressources ».

À cet égard :

  • Un dispositif exceptionnel de report des charges fiscales et sociales, de soutien au report d’échéances bancaires et de garantie de l’Etat à hauteur de 300 milliards d’euros pour tous les prêts contractés auprès des banques, sera mis en place.
  • Pour les plus petites entreprises, tant que la situation durera elles n’auront rien à débourser ni pour les impôts, ni pour les cotisations sociales. Les factures d’eau, de gaz et d’électricité et les loyers de ces dernières devront par ailleurs être suspendus.
  • Le dispositif de chômage partiel sera massivement élargi.
  • Un fonds de solidarité abondé par l’Etat et auquel il sera proposé aux régions de contribuer sera mis en place pour les entrepreneurs, les commerçants et les artisans.

Le président de la République a enfin souligné que les grandes associations et les collectivités locales seraient mobilisés pour faire en sorte que les plus précaires, les démunis et personnes isolées soient nourris et protégés.

« Nous serons au rendez-vous pour que notre économie soit préservée et que les Français puissent avoir cette sécurité en termes de pouvoir d’achat et de continuité de leur vie. »
Emmanuel Macron, le 16 mars 2020

Alors que la France vit un moment très difficile, le président de la République a rappelé que c’est en agissant ensemble que nous agirons plus vite pour surmonter cette épreuve.

Dans ce contexte, le Président de la République et le Gouvernement sont pleinement mobilisés au niveau européen et international pour assurer une coordination et une coopération de tous les partenaires afin que tous les moyens à la disposition des gouvernements soient utilisés pour faire face à cette crise au niveau sanitaire, économique et scientifique.

Le chef de l’Etat en a appelé à la solidarité, l’unité et la responsabilité individuelle et collective sans céder à la panique afin de se hisser « à la hauteur du moment ».