Retrouvez cet article sur en-marche.fr

L’apprentissage a la cote !

4 février 2020 - Les apprentis n’ont jamais été aussi nombreux ! Une croissance à deux chiffres qui prouve une bonne fois pour toutes que la voie par apprentissage est une filière d’excellence et d’avenir.

Encore une bonne nouvelle économique, et cette fois-ci, à destination des jeunes ! La filière en apprentissage connaît un regain d’intérêt : les apprentis n'ont jamais été aussi nombreux, ils sont 485 000, un chiffre jamais.

En 2019, on compte 50 000 apprentis supplémentaires (+16%), une progression qui s'observe dans toutes les régions de France et dans tous les secteurs d’activité :

  • +11% d’apprentis dans l’industrie ;
  • +13% dans le BTP ;
  • +15% dans les Maisons Familiales Rurales ;
  • +37,4% d’apprentis chez les Compagnons du Devoir.

Cette croissance historique témoigne du changement de regard sur la voie d’alternance qui combine formations théorique et professionnelle. Elle est aujourd’hui une filière d’excellence.


  • Une nouvelle offre et des modalités simplifiées

Cette amélioration s’explique notamment par l'effet de la loi du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel qui transforme et simplifie les modalités de l’apprentissage.

« La réforme de l'apprentissage a levé tous les freins pour permettre aux acteurs de terrain de développer cette voie royale vers l'emploi. Quelle bonne nouvelle pour notre jeunesse »
Muriel Pénicaud, le 4 février 2020

Parmi les mesures phares ayant conduit au développement de l’attractivité des contrats d’apprentissage on retrouve notamment la possibilité d’être apprenti jusqu’à la veille de ses 30 ans ou encore de signer un contrat d’apprentissage n’importe quand dans l’année.

L’apprentissage a également été revalorisé avec :

  • une augmentation des salaires des apprentis ;
  • une aide financière pour les apprentis majeurs qui souhaitent passer le permis de conduire ;
  • une aide pour les entreprises de moins de 250 salariés qui signent un contrat d’apprentissage avec un jeune qui prépare un diplôme ou un titre à finalité professionnelle équivalent au plus au baccalauréat.


  • Des CFA spécialisés et des secteurs innovants

Mais le changement le plus important à retenir, c’est que les entreprises peuvent désormais créer leurs propres centres de formation d’apprentissage (CFA) afin de préparer les jeunes aux compétences dont elles ont besoin.

On compte ainsi 554 projets de nouveaux CFA dont 200 déjà réalisés et cela, dans de nombreux domaines comme par exemple : Sodexo dans la restauration collective ; Synerpa dans le médico-social qui va recruter 6 000 jeunes d’ici 2022 ; Adecco dans les ressources humaines qui forment des jeunes au “recrutement durable”.

Le sport devient un secteur tendance avec, entre autres, le club de foot Montpellier Hérault Sport Club (MHSC), qui a inauguré son CFA en octobre 2019 mais aussi l’UCPA, qui, par l’ouverture de son centre national, a pu former 600 jeunes pour renforcer l’offre de formation en apprentissage dans les territoires et dans les filières en tension du sport, des loisirs, de l’animation et du tourisme.

Et dans le cadre de la Coupe de monde de rugby 2023, un nouveau CFA ouvrira pour former des administrateurs de clubs sportifs. Au total, 2 023 apprentis seront recrutés au printemps 2021.


Ces effets s’avèrent positifs chez les plus jeunes : l’année dernière, 70 949 jeunes en fin de classe de troisième ont formulé des voeux en faveur d’un apprentissage, soit une augmentation supérieure à 40% en deux ans.

Ces bonnes nouvelles pour l'emploi et la jeunesse confortent la politique menée par le Gouvernement, d'investir pour l'avenir, le contrat d’apprentissage étant un excellent moyen de décrocher du travail : dans 8 cas du 10 l'apprenti est embauché ensuite.