Retrouvez cet article sur en-marche.fr

De l'importance de se former tout au long de sa vie

14 octobre 2017 - Alors que le monde du travail est en pleine mutation, l’acquisition de nouvelles compétences n’a jamais été aussi importante.

Le Gouvernement va investir massivement dans la formation pour que nous puissions tous faire face aux grandes transformations du monde du travail. Il s’agit aussi de transformer notre rapport personnel au travail en redonnant la possibilité à chaque individu de faire des choix et de ne plus subir des choix d’orientation passés.

85% des emplois de 2030 n’existent pas encore aujourd’hui

C’est ce qu’affirme une étude de Dell et de l’Institut pour le Futur, think-tank californien. Le Bureau du Travail américain va jusqu’à estimer que les étudiants d’aujourd’hui, lorsqu’ils auront 38 ans, seront passés par 8 à 10 emplois différents…

Le numérique, la robotisation et l’intelligence artificielle vont transformer profondément certains corps de métiers entiers.

Il est donc plus qu’urgent d’avoir un système de formation à la hauteur de ces enjeux.

Comment ça se passe aujourd’hui en France ?

Nous dépensons actuellement une somme colossale pour la formation professionnelle : plus de 32 milliards d’euros par an.

Quel résultat ?

  • Les formations bénéficient davantage aux salariés du privé et aux fonctionnaires qu’aux jeunes, aux seniors et aux demandeurs d’emploi, alors que ce sont eux qui en ont le plus besoin.
  • Les formations proposées sont souvent trop courtes et peu qualifiantes. Le compte personnel de formation, créé en 2014, a bien essayé d’apporter une réponse mais il est insuffisant : il permet à tous les salariés du privé de se former… 1h par an !
  • Le système de la formation professionnelle représente une charge lourde, rigide, au financement opaque et aux interlocuteurs bien trop nombreux. 60.000 organismes de formation existent aujourd’hui dans notre pays !

La France se situe en queue de peloton en Europe avec un taux d’accès à la formation de 36% contre 53% en Allemagne et 56% au Royaume-Uni.

Qu’est-ce que le gouvernement souhaite changer ?

Face au chômage, la priorité c’est d’investir dans les compétences.

« Nous allons révolutionner l’orientation avec une idée simple : on permettra à chacun, en étant mieux informé, d'être l'acteur de son parcours professionnel, on donnera la vérité des prix en expliquant quels sont les débouchés réels de telle ou telle formation, quel taux d’accès à l’emploi durable... »

Un investissement massif dans les compétences : 15 milliards d’euros supplémentaires seront consacrés à la formation sur le quinquennat dans le cadre du Grand Plan d’investissement de 50 milliards d’euros. L’objectif est de former 1 million de chômeurs de longue durée et 1 million de décrocheurs.

Le processus de concertation a débuté cette semaine. Le président de la République a commencé à rencontrer les partenaires sociaux. En parallèle, les sujets de l’apprentissage et de l’assurance-chômage seront également inclus dans le processus de concertation.

« Nous allons mettre vraiment les branches professionnelles et les entreprises au cœur de l’apprentissage dans l’élaboration des diplômes, dans son organisation (...). Un exemple chiffré : bon an, mal an, la gauche et la droite qui se sont succédées au pouvoir jusqu’ici ont construit un dispositif de formation inefficace qui, dans le meilleur des cas, offre 150 heures de formation à ceux qui en ont besoin – c’est une escroquerie, car la vérité est qu’il n’y a pas de formation vraiment qualifiante en-dessous de 400 heures. Nous allons donc aller jusqu’à 400 heures. »

Emmanuel Macron