Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Sécurité : Un Etat qui protège

20 octobre 2017 - Le président de La République a rendu cette semaine un hommage aux forces de sécurité intérieure et donné les grandes orientations de notre politique de sécurité.

En matière de sécurité, efficacité doit être le maître-mot. Nous devons disposer de forces de l’ordre et de services de renseignement menant une lutte efficace contre le terrorisme. Mais nous devons également être efficaces contre la délinquance sous toutes ses formes. La délinquance du quotidien gâche la vie de ceux qui la subissent. Seul un modèle de police renouvelé, proche du terrain et présent partout sur le territoire, permettra de réduire la délinquance et d’améliorer les relations avec la population.

Le président de La République a rendu cette semaine un hommage aux forces de sécurité intérieure et donné les grandes orientations de notre politique de sécurité.



Les premières mesures du quinquennat


Il l’a dit, il l’a fait :

  1. Création à l’Elysée de la coordination nationale du renseignement et de la lutte contre le terrorisme (CNRLT). Cette cellule a été créé dès le mois de juin dernier pour renforcer la coordination des services de renseignement et pour mieux partager l’information entre les services (éviter tout angle mort).

  1. Ouverture de l’accès aux fichiers de renseignement aux agents habilités des services centraux du ministère de l'intérieur, des préfectures et des sous-préfectures.

  1. Renforcement de l’opération Sentinelle pour adapter le dispositif à l’évolution rapide de la menace sur le terrain.

  1. Sortie de l’état d’urgence le 1er novembre avec le projet de loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme.




Avec une menace qui reste élevée et 12 attentats déjoués, cette loi a pour objectif de renforcer la protection des Français dans le respect des libertés individuelles et de donner aux forces de sécurité intérieure les moyens d’être plus efficaces.

Et d’ici la fin de l’année :

  • Un plan national de prévention de la radicalisation.

  • **Des initiatives prises au niveau européen et international **sur la lutte contre la propagande djihadiste sur internet, sur le financement du terrorisme et le renforcement des contrôles aux frontières.



Création de la police de sécurité au quotidien

Emmanuel Macron a présenté la mise en place de la police de sécurité au quotidien (PSQ).

Dès lundi prochain sera lancée une grande concertation conduite par Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur auprès de tous les acteurs de terrain. Elle rassemblera les associations d’élus, les préfets, les organisations syndicales, les représentants des policiers municipaux, les personnels de la sécurité privée et transports, les chercheurs et universitaires spécialistes de ces sujets.

→ Cette concertation permettra d’arrêter une doctrine de sécurité publique d’ici la fin de l’année. La police de sécurité du quotidien commencera à être déployée à titre expérimental début 2018.



Réforme de la procédure pénale

Cette réforme poursuit deux objectifs :

  • Des procédures simplifiées et la mise en place de nouveaux instruments de réponse pénale autorisant des sanctions immédiates notamment pécuniaires.

  • La restauration de la capacité opérationnelle des forces de sécurité pour redonner aux policiers et gendarmes des capacités d’initiatives, en les déchargeant des missions où leur plus-value est la moins manifeste et les recentrer sur le cœur de leurs tâches : protéger, prévenir, intervenir, enquêter.

Un plan de transformation numérique

Emmanuel Macron a présenté le grand plan à 5 ans de transformation numérique pour la police et la gendarmerie nationale avec notamment le lancement du futur réseau régalien à haut débit des forces de sécurité (police, gendarmerie et sécurité civile) qui devra commencer à être déployé pour les JO de 2024 et du Grand Paris. La numérisation sera menée en parallèle avec celle de la Justice.

Les forces de sécurité intérieure auront des moyens supplémentaires pour mener leur mission :

  • 10 000 emplois supplémentaires seront créés sur la durée du quinquennat dont 7 000 entre 2018 et 2020.
  • Le budget consacré aux missions de sécurité augmentera de 9% sur 3 ans, dont 1,9 % pour l’investissement et le matériel

Les sujets Défense et Sécurité vous intéresse ? Vous souhaitez échanger et partager vos idées sur ces questions ? Rejoignez le groupe Sécurité-Défense En marche : https://www.facebook.com/groups/320080195127622/