Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Edouard Philippe : “La liberté retrouvée implique aussi des contreparties”

28 mai 2020 - Au cours de cette phase 2 du déconfinement, la liberté va redevenir la règle, et l’interdiction constituera l’exception. Le Premier ministre annonce la réouverture des restaurants et la fin de l’interdiction des déplacements de plus de 100 kilomètres.

Le Gouvernement qui s’était engagé à s’adresser de nouveau aux Français avant la fin du mois de mai, a annoncé ce jeudi 28 mai de nouvelles décisions prises dans le cadre de la seconde phase de déconfinement : déplacements, reprise de l’école, réouverture des musées, restaurants, bars et cafés, on fait le point.

Sur le plan sanitaire, les résultats sont bons comme en attestent les indicateurs, “même si nous devons rester prudents”, explique le Premier ministre, avant de dresser le bilan de la première phase de déconfinement qui a débuté le 11 mai dernier.

La stratégie déployée par le Gouvernement sous le triptyque protéger, tester et isoler, a porté ses fruits. Aujourd’hui, tous les départements sont classés verts hormis ceux de l’Ile-de-France, la Guyane et Mayotte où nous devrons rester particulièrement vigilants. Cela ne veut pas dire que le virus ne circule plus, mais que sa vitesse de propagation est sous contrôle.

« Cette bonne nouvelle n’est pas le fruit d’un miracle mais le résultat du travail des soignants, des élus locaux, des agences régionales de santé, de l’Assurance maladie, et grâce à la rigueur et au civisme des Français. »
Edouard Philippe, Premier ministre, le 28 mai 2020

Cette liberté retrouvée implique des contreparties : rassemblements de 10 personnes maximum, télétravail privilégié, respect des gestes barrières, port du masque ou encore limitation des contacts (sports, discothèques, etc.). Une attention particulière doit être de mise envers les plus vulnérables et la vigilance renforcée dans les zones classées en orange (Ile-de-France, Guyane et Mayotte).

Cette seconde phase de déconfinement entraînera une multiplication des interactions sociales et des contacts de proximité, notamment dans les lieux publics où l’on ne connaît pas forcément les personnes que l’on croise. C’est la raison pour laquelle, en complément du travail des brigades sanitaires, le Gouvernement a souhaité mettre à disposition des Français l’application StopCovid.


StopCovid : l'article à lire pour tout comprendre


Les autorités sanitaires ont jugé utile son recours et la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) a validé son utilisation ; le Parlement a donné son feu vert hier, lors d’un vote, pour son déploiement. L’outil sera disponible à compter du 2 juin.

« StopCovid permettra de participer à l’effort de lutte contre l’épidémie. »
Edouard Philippe, Premier ministre, le 28 mai 2020

Une accélération de la reprise de l’école

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse, l’a rappelé aujourd’hui, la réouverture des écoles est une urgence sociale et un impératif éducatif.

Ainsi, depuis le 11 mai, plus de 80% des écoles primaires ont été ouvertes, un chiffre qui augmente chaque jour. A partir du 2 juin, toutes les écoles seront ouvertes, toutes les familles qui le souhaitent pourront scolariser leurs enfants, au moins une partie de la semaine.

Les collèges et lycées pourront rouvrir dans les départements verts, les élèves de 5ème et 6ème et les lycéens en parcours professionnels seront prioritaires dans les zones oranges.

Le ministre de l’Education nationale a confirmé qu’il n’y aura pas d’épreuve orale de bac de français cette année pour les lycéens de première qui seront évalués en contrôle continu.

La reprise des enfants en situation de handicap était une priorité du Gouvernement : 80% des Ulis (unités localisées pour l’inclusion scolaire) ont pu rouvrir dans les écoles et collèges. Le Gouvernement souhaite aller plus loin et que 100% des Ulis soient ouverts la semaine prochaine.

La restauration, un secteur capital

Compte tenu de l’évolution de la crise sanitaire, les restaurants, bars et cafés peuvent rouvrir dans tous les départements à compter du 2 juin mais avec des restrictions temporaires dans les départements oranges où seules les terrasses pourront accueillir du public.

Des règles sanitaires devront être respectées : 10 personnes maximum par table, 1 mètre entre les tables, une circulation organisée, un port du masque obligatoire, l'interdiction des consommations debout, etc.

Des déplacements qui doivent rester raisonnables

Le Gouvernement met fin à la restriction des déplacements à moins de 100 kilomètres de son domicile à compter du 2 juin.

S’agissant des frontières extérieures à l’Europe, une évaluation commune avec les pays membres aura lieu d’ici le 15 juin afin d’envisager ou non la réouverture.

A l'intérieur de l’Europe, la France est favorable à une ouverture à compter du 15 juin si la situation le permet et sans quatorzaine. Des mesures de réciprocité pourront être appliquées.

La reprise progressive de notre vie sociale

Le Premier ministre a annoncé la réouverture de certains lieux publics comme les parcs et jardins dès ce week-end, le port du masque pourra y être imposé à la demande des maires en lien avec les Préfets.

Pour certaines activités sportives et culturelles (piscines, salles de spectacles, etc.), une distinction est faite entre zones vertes et zones oranges.

Un point d’étape sera réalisé d'ici le 22 juin, le Premier ministre a rappelé la nécessité de rester prudents, le début d’un relâchement pouvant faire repartir l'épidémie dans certains territoires.

« Les règles sont une chose mais l’esprit de ces règles est encore plus important. Nous sommes tous, collectivement, les acteurs de la lutte contre l’épidémie. »
Edouard Philippe, Premier ministre, le 28 mai 2020

Nous devons donc continuer à faire preuve de responsabilité. Cet effort contre l’épidémie devra également se doubler d’une mobilisation pour faire face à la crise économique et sociale.

« Nous entrons dans une nouvelle ère où le pays va devoir se battre contre l’impact d’une récession historique. »
Edouard Philippe, Premier ministre, le 28 mai 2020