Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Émancipation économique des femmes : un projet de loi pour 2020

27 août 2019 - L’égalité femmes-hommes a été l’un des sujets majeurs du G7 qui s’est déroulé du 24 au 26 août à Biarritz. Si tous les États membres se sont engagés à agir, la France a elle annoncé un projet de loi à venir pour l’émancipation économique des femmes.

Dès septembre 2018, à l’Assemblée Générale des Nations Unies, le président de la République, Emmanuel Macron, avait appelé à faire de l’égalité femmes-hommes une grande cause mondiale. Un travail activement mené par Marlène Schiappa à la demande du président.

À Biarritz, grâce notamment au travail du Conseil Consultatif pour l’Égalité Femmes-Hommes, composé de 35 activistes et éminentes personnalités dont trois Prix Nobel, tous les États membres du G7 sans exception mais aussi le Chili, l’Australie, l’Inde, le Sénégal et le Rwanda se sont engagés à mettre en oeuvre, chacun dans leur pays, une loi basée sur les recommandations de ce Conseil.

En France, cette loi traitera du problème de l’émancipation économique des femmes. En exclusivité au Figaro, Marlène Schiappa a dévoilé les pistes de travail de ce futur projet de loi que la Secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les Femmes et les Hommes porte conjointement avec Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances :

  • un travail avec la fédération bancaire française pour mieux soutenir les créatrices d’entreprise souvent discriminées par rapport aux hommes : “On demande encore souvent à une femme si elle a budgété les frais de garde de ses enfants dans son business plan. Cette question, on ne la pose pas à un homme entrepreneur.” a expliqué Marlène Schiappa au Figaro.

  • une amélioration de la situation des femmes qui reprennent une activité après une période dédiée à la maternité : femmes au foyer, parents de famille nombreuse ou d’enfants handicapés, femmes de militaires suivant leurs maris, etc.

  • une amélioration de la place des femmes dans les métiers d’avenir comme les data, les sciences ou l’ingénierie.

  • un fonds dédié aux innovations portées par des femmes.

  • une réflexion autour de l’établissement de quotas dans les entreprises de certaines filières.

  • des sanctions financières multipliées par 5 pour les partis politiques où la parité n’est pas respectée. NB : Aujourd’hui encore, de nombreux partis préfèrent payer une amende, plutôt que d’établir une véritable parité.

Un projet de loi ambitieux qui devrait aboutir en 2020.