Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Emmanuel Macron & la laïcité

20 juillet 2016 - À l’'occasion du premier grand rassemblement d’'En Marche, mardi 12 juillet à la Maison de la Mutualité, Emmanuel Macron s’'est, pour la première fois, exprimé au sujet de la laïcité.

À l’'occasion du premier grand rassemblement d’'En Marche, mardi 12 juillet à la Maison de la Mutualité, Emmanuel Macron s’'est, pour la première fois, exprimé au sujet de la laïcité.

L’'attachement à la laïcité

« C’'est pourquoi je crois très profondément, et je veux qu’'au cœœur de nos convictions et de nos valeurs, nous placions la laïcité. Parce que, la laïcité n'’est pas un mot daté, un mot ringard comme certains voudraient le faire dire. La laïcité protège des identités fermées, elle permet de veiller à ce que justement nul ne soit assigné à résidence par son identité, ou par sa religion. Elle permet de croire ou de ne pas croire. Elle permet de faire que chacun doit pouvoir se reconnaître dans sa religion librement, mais que ce qui est plus important, c’'est ce qui nous unit, c’'est cette humanité, ce qui ne nous divise pas. Alors oui, il faut retrouver le sens, la force de cet équilibre. »

Une laïcité protectrice

« Je ne crois pas, pour ma part, qu’'il faille inventer de nouveaux textes, de nouvelles lois, normes, pour aller chasser le foulard à l’'université, pour aller traquer dans les sorties scolaires celles et ceux qui peuvent avoir des signes religieux. Par contre, la laïcité, elle a un sens plein et entier. »

Le respect des règles de la République

« Et nous devons faire respecter les règles absolument, et ces règles sont claires : toutes les religions se conforment aux règles de la République. Dans notre République, il n'’y a pas d’'inégalités entre les hommes et les femmes. Il y a des règles et elles doivent être respectées par tous. »

L’'ennemi c’'est Daech, pas l'Islam !

« Mais en même temps, ce combat, ce n’'est pas un combat contre une religion, ça, c’'est l’'erreur à ne pas faire. Ce combat, ce n’'est pas un combat de la laïcité contre une religion, l'Islam, ça n'’aurait aucun sens, ce serait une erreur fondamentale. Nous avons un ennemi, une menace, les djihadistes, Daech, mais ce n’'est pas l'’islam. Mais ce combat, c’'est de faire respecter ces règles de la République, oui, pleines et entières. »

NB.

Laïcité :

  • « Principe qui établit, sur le fondement d’'une séparation rigoureuse entre l’'ordre des affaires publiques et le domaine des activités à caractère privé, la neutralité absolue de l'’Etat en matière religieuse. » vie-publique.fr

Textes clefs :

  • Déclaration des droits de l’'Homme et du citoyen de 1789 article 10 : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’'ordre public établi par la loi. »
  • Loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Eglises et de l’'Etat : « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l'intérêt de l'ordre public. »
  • Constitution de 1958 article 2 : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. »
  • Le rapport de la commission Stasi sur l’'application du principe de laïcité 11 décembre 2003 : « La loi du 9 décembre 1905 a affirmé la séparation de l’'Eglise et de l’'Etat. La question aujourd’'hui ne se pose plus dans les mêmes termes. (…) L’'enjeu est aujourd'’hui de ménager leur place à de nouvelles religions tout en réussissant l’'intégration et en luttant contre les instrumentalisations politico-religieuses. Il s’'agit de concilier l’'unité nationale et le respect de la diversité. »