Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Portrait : Françoise Holder, déléguée nationale

15 mars 2017 - Portrait de Françoise Holder, déléguée nationale En Marche

« J’avance en marchant », c’est la réponse qui fuse quand on demande à Françoise Holder, comment elle envisage son rôle de déléguée d’En Marche ! Femme de tempérament et de conviction, Françoise n’a pas sa langue dans sa poche : « Je suis passionnée d’économie et de fiscalité ».


Fervente militante de l’entrepreneuriat, Françoise Holder milite pour une simplification de la vie des petits entrepreneurs :

« Il faut aider les artisans, soutenir la province. J’ai démarré avec 10.000 francs. Je faisais le ménage dans les magasins, je livrais le pain… Je sais de quoi je parle ! »
Françoise Holder

Une notion lui est particulièrement chère, le droit à l’erreur. « L’administration doit reconnaître votre bonne foi, c’est aussi un levier pour changer les rapports entre l’administration et l’entrepreneur ». Riche de son expérience à l’international, Françoise Holder pointe du doigt certains travers de l’administration française : « On ouvre une boulangerie Paul à Washington, le Maire vient à l’inauguration, nous remercie d’avoir choisi sa ville (…). A Paris, on a personne sauf l’Inspection du Travail qui débarque deux jours après l’ouverture pour nous chercher la petite bête ! » Celle qui se voit aujourd’hui comme une ambassadrice tout terrain d’En Marche a pour principale préoccupation l’avenir de la jeunesse.

« Je souhaite que tous les jeunes partis faire carrière à l’étranger reviennent en France ».
Françoise Holder

C’est pour eux que Françoise Holder a décidé de se lancer dans l’aventure... « Et puis participer à une campagne présidentielle, c’est plutôt chouette ! »   Sa carrière


La carrière de Françoise Holder a débuté très jeune. En 1965, administrateur de Holder SAS, elle participe au lancement du réseau de boulangeries Paul et devient secrétaire générale du groupe Holder et présidente du conseil de surveillance de la célèbre marque éponyme. En 1992, elle intègre le tribunal de commerce de Lille, avant de se voir confier la présidence de la chambre en 1999. En 2001, elle occupe le poste de secrétaire générale de la conférence générale des tribunaux de commerce. En 2009, elle siège au comité des sages Medef-Afep, puis préside un an après l'association de femmes chefs d'entreprise Force Femmes. En 2012, elle préside le comité femmes-hommes au Medef. Elle co-préside le Conseil de Simplification depuis janvier 2015.