Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Rencontre avec Jacky, engagé de façon solidaire dans la réserve de sécurité civile au Vernet

1 avril 2020 - Conseiller municipal du Vernet (Allier), Jacky Parenton, marcheur, a proposé au deuxième jour du confinement de déclencher la réserve communale de sécurité civile de la ville. Explications.

Qu’est-ce qu’une “réserve communale de sécurité civile” ?

C’est un dispositif municipal existant depuis 2005. Il permet aux mairies de constituer un groupe de réservistes aux compétences variées, capables d’intervenir en cas de crise pour seconder les effectifs municipaux. Cet engagement est complètement bénévole. Les réservistes bénéficient néanmoins de la protection du service public pendant toute la durée de leur mission. Au Vernet, la réserve a été créée en 2016, suite à une succession de tempêtes qui avaient entraîné de gros dégâts dans la ville. Depuis, la mairie dispose d’une réserve de 28 personnes venus de tous les horizons (électriciens, informaticiens, jardiniers, gardiens de la paix, menuisiers, etc...) mobilisables à tout moment.

Jacky Parenton, marcheur et conseiller municipal du Vernet, est engagé dans la réserve communale de sécurité civile.

Comment intervient la réserve dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de COVID-19 ?

Avec la mise en place du confinement, nous nous sommes vite rendu compte que certaines personnes fragiles ne pourraient plus aller faire leurs courses et risquaient de se retrouver démunies. C’est pourquoi la mairie a décidé de mobiliser la réserve, qui est une richesse incroyable à disposition des 2 000 habitants du Vernet. Le principe est le suivant : celles et ceux qui ne peuvent pas sortir effectuent leurs commandes par téléphone auprès des commerçants de la ville puis nous le signalent pour que les réservistes puissent prendre en charge la livraison.
Très concrètement, de mon côté, je centralise, avec le maire, les demandes des habitants, qui ont été mis au courant de la mobilisation de la réserve par une communication communale, puis je les assigne à un réserviste, en fonction de la localisation géographique. Car les réservistes doivent, comme tout le monde, respecter les règles du confinement !
Grâce à ce système, nous avons déjà pu offrir une aide à une dizaine de personnes.

A la boulangerie du Vernet, les réservistes ont installé des vitres de protection pour les salariés.

Ce dispositif est-il proposé dans d’autres communes alentours ?

Notre initiative pourra servir de modèle à l’avenir : aujourd’hui, Le Vernet est la seule commune du département à disposer d’une réserve communale de sécurité civile. Nous avons eu la chance de l’avoir créée il y a quatre ans, bien en amont de la crise sanitaire, et d’avoir été en mesure de l’activer très rapidement.
Mais nous observons, au-delà de la réserve et à l’échelle du territoire, de belles chaînes de solidarité qui se mettent en place : il y a des particuliers qui font don de masques, il y a des grands groupes disposant d’usines dans la région qui proposent du gel hydro-alcoolique à destination des maisons de retraite ou des commerçants par exemple. A son échelle, chacun agit comme il peut.