Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Rencontre avec Marie-Christine qui s'engage contre l'isolement des détenus pendant la crise

15 avril 2020 - Marie-Christine anime depuis le début du confinement le groupe “Entraide Gironde”, grâce auquel plusieurs projets solidaires ont rapidement vu le jour. On découvre aujourd'hui le travail effectué par cette équipe de volontaires.

Tout d’abord, comment fonctionne le groupe “Entraide Gironde” ?

Au quotidien, je suis coanimatrice d’un comité local, correspondante pour L’Inclusion En Marche en Gironde et relai territorial pour les projets citoyens. A ce titre, j’ai la chance de suivre un certain nombre de projets formidables sur le territoire, grâce à l’engagement de personnes aux compétences complémentaires.
Dès le début du confinement, j’ai eu l’idée de les rassembler au sein d’un collectif rapidement mobilisable pour répondre aux besoins qui allaient émerger mais aussi et surtout à ceux qui étaient déjà identifiés. La démarche d’Entraide Gironde est résolument transpolitique : notre objectif est avant tout de proposer des solutions ! Ce qui est mis en place a vocation à se poursuivre, quand cela sera possible, au-delà du confinement : cette période aura ainsi permis de trouver de nouvelles façons d’aborder des problèmes auxquels on ne savait pas comment répondre auparavant.

En quoi consiste le projet pour lutter contre l’isolement des détenus ?

Avec trois membres du groupe, Cécile, qui est infirmière, Yousra, qui est psychologue, et Gabrielle, qui a de longue date un engagement associatif dans le milieu pénitentiaire, il nous est apparu comme une évidence qu’il fallait proposer très vite quelque chose pour les personnes qui allaient souffrir encore plus durement du confinement : les personnes incarcérées. En effet, sans sorties, sans visites, les risques psychologiques sont très forts pour les détenus. Or, le meilleur moyen pour éviter la dépression est de continuer à faire venir les voix des proches, de la famille : une présence, même indirecte, est rassurante.
C’est pourquoi nous avons noué des partenariats pour faire en sorte que, à un rythme quotidien, dans une prison de la métropole bordelaise, les détenus puissent écouter à la radio une station locale qui s’est engagée à diffuser des messages enregistrées par les familles, entrecoupés de chansons.

Quels sont les autres projets sur lesquels travaille “Entraide Gironde” ?

Les membres du groupe ont vraiment la volonté d’être utiles partout où cela est nécessaire. L’un d’entre a monté, avec deux associations de la ville, un nouveau réseau de distribution de repas pour les étudiants, pour qu’ils puissent continuer à avoir accès à une alimentation de qualité même s’ils ont de petits moyens.
Nous travaillons aussi avec les EPHAD et les maisons de retraite, pour développer de nouvelles formes de lien avec les familles, sous la forme de lettres ou de vidéos. Enfin, nous souhaitons contribuer à la continuité pédagogique que nous devons à nos enfants, en proposant du soutien scolaire, pour éviter les décrochages. Il y a beaucoup à faire !


Pour participer à l’activité d’Entraide Gironde et/ou proposer un projet, écrivez un message à : entraidegironde@gmail.com