Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Exonération de la taxe d’habitation

28 juillet 2017 - La réforme de la taxe d’habitation visant à exonérer les classes moyennes et populaires entrera en vigueur dès 2018.

Qu’est-ce que la taxe d’habitation ?

C’est un impôt, prélevé par les collectivités locales, sur le logement principal ou les résidences secondaires. Il est appliqué à tous les occupants (propriétaire, locataire ou occupant à titre gratuit).

800M euros : c’est le montant de la taxe d’habitation pour les ménages.
4 millions de ménages ne s’acquittent d’aucune taxe d’habitation

Pourquoi exonérer 80% des Français de la taxe d’habitation ?

Parce que la taxe d'habitation est un impôt injuste.

  • Une injustice sociale

Elle frappe davantage les classes populaires et moyennes.
Les personnes aux revenus les plus faibles paient, en proportion de leurs revenus, autant que celles aux revenus les plus élevés.
Les classes moyennes et populaires sont les plus touchées par cet impôt.

  • Une injustice territoriale

La taxe d’habitation est souvent plus élevée dans les communes pauvres que dans les communes riches.

Par exemple, un couple qui paierait moins de 500 euros de taxe d’habitation à Paris en paie environ 1 200 euros à Limoges ou à Saint-Denis de la Réunion, et plus de 1 400 euros à Argenteuil.
Pourquoi ? Parce que les communes riches ont d’autres ressources, ce qui leur permet d’appliquer un taux d'imposition plus faible que les communes aux ressources moindres.

Supprimer la taxe d’habitation est donc une mesure de justice sociale, de cohésion territoriales et une façon de redonner plus de pouvoir d'achat aux Françaises et aux Français.

Qui bénéficiera de l’exonération ?

Concrètement, cette réforme sera mise en oeuvre progressivement, dès 2018, pour aboutir à sa suppression pour 4 Français sur 5 dans trois ans, en 2020.

Comment va-t-on financer cette mesure ?

Les ressources des collectivités locales seront inchangées : l'Etat remboursera leur manque à gagner à l'euro près.

Cette mesure sera permise par le sérieux budgétaire du Gouvernement et la réduction des dépenses publiques sur le quinquennat.

Et vous, serez-vous exonéré(e) ?