Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Quartiers, zones rurales : ce que nous faisons pour nos territoires !

13 juillet 2018 - Décryptage de notre politique pour les territoires : nous voulons une transformation du pays au bénéfice de tous, partout.

Quelle est la feuille de route suivie par le Gouvernement pour transformer notre politique territoriale ?

Mieux vivre sur les territoires

  • Le Gouvernement investit massivement dans la mobilité du quotidien. On sort de la logique des grandes infrastructures qui privilégiait le TGV aux petites lignes ferroviaires. Le Gouvernement va investir 10 millions d’euros par jour sur les 10 prochaines années afin de rénover ces lignes : c’est un effort inédit pour le réseau ferré français. Avec la future loi d’orientation des mobilités, il s’agira de permettre le désenclavement de plusieurs territoires : nous allons nous appuyer sur l’échelon intercommunal pour lutter notamment contre les zones blanches de la mobilité.

  • Le Gouvernement veille à la sécurité des quartiers comme celle de la ruralité. Avec la Police de Sécurité du Quotidien, nous créons 10 000 postes de police dans les quartiers les plus sensibles et 500 postes de gendarmes dédiés à la protection des 20 départements ruraux les plus vulnérables à l’insécurité.

Favoriser le rayonnement des territoires

  • L’éducation est un combat, que nous menons partout en France, parce que le rayonnement d’un pays passe avant tout par la réussite de tous à l’école. Concrètement, chaque département rural aura plus de professeurs par élèves en 2018. 1 000 classes vont être ouvertes partout en France, en plus du dédoublement des classes de CP pour les zones en REP et REP+.

  • Le Gouvernement agit pour re-dynamiser le cœur de ville des petites communes. Avec un budget de 5 milliards d’euros, nous nous mobilisons pour renouveler l’offre commerciale, le logement et la qualité de vie dans les centre-villes de 222 villes moyennes.

  • Nous repensons les finances des collectivités locales. 71% des collectivités ont signé un contrat de maîtrise des dépenses avec l’État. Ce dispositif engage les signataires à limiter la hausse de leurs dépenses de fonctionnement à 1,2 % par an. Ce nouveau contrat financier entre l’Etat et les collectivités permet de mettre fin à quatre années successives de baisses unilatérales des dotations de l’État aux collectivités territoriales. Par ailleurs, le Premier ministre a confirmé que la suppression de la taxe d’habitation touchée par les communes sera compensée par la redescente de la taxe foncière sur les propriétés bâties, aujourd’hui affectée aux départements.



Le dialogue est ouvert

Parce que la transformation de la politique territoriale doit se faire en associant tous les acteurs concernés, le dialogue a été privilégié au cours des différentes Conférences nationales pour les territoires du mois de juillet. Le Gouvernement a notamment donné la parole à l’ADCF, France Urbaine, Villes de France, l’Association des petites villes de France, l’Association des maires ruraux et l’association Villes et banlieues. Par ce dialogue ouvert essentiel le Gouvernement montre sa volonté de continuer à mener une politique efficace.