Retrouvez cet article sur en-marche.fr

La France est déjà plus attractive !

13 juin 2018 - Emmanuel Macron mène un grand plan d’action pour faire rayonner la France et attirer les investisseurs. Les premiers résultats sont porteurs d’espoir.

Le baromètre de l’attractivité de la France en 2017, publié par le cabinet Ernst & Young, vient de sortir. Les résultats sont très encourageants. Ils montrent que la France est plus attractive que les années précédentes. Nous vous donnons quelques clefs de compréhension.

“France is back” : la France redouble d’attractivité

  • Numéro 1 européen pour l’attractivité industrielle. En 2017, nous avons accueilli 31% de projets d’investissements en plus. C’est deux fois plus que la moyenne européenne. ⅔ de ces investissements vont vers l’industrie.

  • Pour la première fois, Paris est devant Londres. C’est en partie l’Ile-de-France qui tire l’attractivité de la France vers le haut. La région-capitale devient la zone la plus attractive d’Europe !

  • L’étude EY enregistre une augmentation significative des investissements directs sur tous les territoires dont 65% hors des grandes métropoles.

Notre plan d’action #ChooseFrance fonctionne (lire notre article #ChooseFrance)

L’étude d’Ernst & Young est claire : ces résultats ne sont pas seulement dus aux effets du Brexit et de la perte de marché de nos voisins britanniques, il y a une part de ce que certains appellent “l’effet Macron”. La réussite du sommet Choose France a été en partie favorisée par la stratégie globale que nous avons mise en oeuvre. Nos réformes soutiennent une transformation en profondeur du monde du travail, pour que celui-ci soit enfin plus attractif à l’échelle mondiale :

Ces réformes s’articulent autour de quatres chantiers essentiels pour restaurer l’attractivité française :

  1. La fiscalité des entreprises. L’impôt sur les sociétés est progressivement abaissé de 33% à 25% pour rapprocher notre fiscalité de la moyenne européenne, renforcer les marges de nos entreprises et leur compétitivité.

  2. Le coût du travail. Ce renforcement de notre compétitivité passe notamment par la transformation du CICE en baisse de charges pérennes et par la suppression des charges sociales pour les salariés au niveau du SMIC.

  3. Le renforcement du dialogue social. Dès le début du quinquennat, l’adoption de la réforme du code du Travail a permis aux entreprises de négocier au plus près du terrain et de leur donner plus de flexibilité. L’instauration d’un barème des indemnités prud’homales en cas de licenciement jugé non conforme au droit du travail a aussi permis de donner plus de visibilité aux entreprises étrangères sur notre droit du travail.

  4. Le lien de confiance avec l’administration. Celui-ci est renforcé par l’introduction d’un droit à l’erreur, pour que les entreprises, lorsqu’elles commettent une erreur de bonne foi, ne soient pas systématiquement pénalisées.

Cette amélioration montre que notre détermination à réformer en profondeur tout en gardant un esprit d’ouverture sur le monde entier ont déjà permis de faire évoluer le regard des investisseurs étrangers sur la France.