Retrouvez cet article sur en-marche.fr

This Happy Europe

16 février 2017 - Europe et jeunesse :

Que retiennent tous les étudiants de leurs séjours Erasmus ?

Ce ne sont pas les heures passées dans les salles de classe mais les rencontres avec des étudiants venant de toute l’Europe, les liens qui se créent et perdurent longtemps après l’année partagée.

Le programme européen Erasmus, créé en 1987 a marqué nos dernières générations. Il fonde une véritable identité européenne.

Emmanuel Macron a tenu à souligner les 30 ans du dispositif. Regardez-le :

En 30 ans, Erasmus c’est :

  • 5 millions d’européens
  • 4 millions d’étudiants
  • 616 000 Français partis étudier dans un pays européen.

L’attractivité du dispositif est effectivement forte : les étudiants ont l’opportunité de réaliser une partie de leurs études dans une université étrangère, pour une période de trois mois à un an, sans payer de droits de scolarité supplémentaires ; une bourse, comprise entre 150 et 400 euros par mois, leur est attribuée. Les jeunes des centres de formation d’apprentis CFA ou les élèves des lycées professionnels bénéficient également d’Erasmus sous certaines conditions depuis 1995. Ils peuvent obtenir une bourse pour des stages en entreprise, avec ou sans cours dans un centre de formation, pour une période de deux semaines à un an.

Ces 5 millions d’européens forment la ”Happy Europe” évoquée par Emmanuel Macron dans un discours à l’université Humboldt à Berlin.

Une “Happy Europe” qui bénéficie de l’UE, la parcourt et la reconnaît comme source d’accomplissement et d’identité. Une “Happy Europe” qui marche sur les pas d’Erasme, humaniste hollandais, qui déjà au XVIe siècle s’engage pour la paix en Europe, et l’émergence d’une éducation libérale, riche de voyages et de la découverte d’autres cultures.

Mais parallèlement à cette Europe joyeuse, à cette génération Erasmus, une autre jeunesse ne profite pas des opportunités.

« Today, they are two categories of Europeans: the first one who can travel, this Erasmus generation, this happy Europe, and the other half of a generation unemployed, a few kilometers from here. I want to reconcile these two youths. »
Emmanuel Macron, Humboldt Universitat, 10 janvier 2017

Il importe donc d’aller plus loin, d’amplifier encore la portée du dispositif, qui constitue l’un des succès les plus nets de l’Europe. Emmanuel Macron s’est ainsi engagé à généraliser le dispositif à l’ensemble de la jeunesse : d’ici 2022, c’est 200 000 jeunes français par an qu’il souhaite voir partir étudier ou réaliser un apprentissage en Europe, quand ils ne sont aujourd’hui que 60 000.

Faire d’Erasmus un moyen de réunir la jeunesse et non de la fragmenter, c’est toute l’ambition d’En Marche ! et d’Emmanuel Macron.