Retrouvez cet article sur en-marche.fr

3 questions à... Jean-Michel Blanquer

3 juillet 2019 - Le ministre de l'Éducation Nationale et de la Jeunesse, Jean-Michel Blanquer, a répondu à nos questions sur les avancées du Gouvernement durant les deux dernières années et sur les prochains chantiers à venir.

En quoi l’école est essentielle dans le développement de l’enfant et de sa relation aux autres ?

C’est à l’école que tout commence c’est pourquoi il est si essentiel que l’école transmette des connaissances et des valeurs solides. Nous avons fait du “respect d’autrui” un des savoirs fondamentaux. En effet, la socialisation, l’esprit d’équipe, l’échange s’apprennent au même titre que les autres savoirs. C’est tout l’enjeu de l’abaissement de l'âge de l’instruction à trois ans qui va amener à l’école des enfants qui n’y allaient pas et qui va permettre de renforcer l’école maternelle comme une école où l’on apprend à se faire confiance et à prendre confiance en soi. En permettant à chaque enfant de prendre le même départ dans la vie, nous œuvrons à l’élévation générale du niveau et à la justice sociale. Les deux sont liés.

Quels sont les effets positifs du dédoublement des classes sur les enfants ?

En deux ans, nous avons dédoublé 12000 classes de CP et de CE1 situées en éducation prioritaire. À la rentrée prochaine, 300 000 élèves bénéficieront d’un encadrement renforcé dans l’apprentissage des savoirs fondamentaux. Dès cette année, nous avons pu mesurer les premiers impacts positifs sur le résultat des élèves, avec moins d’élèves en très grande difficulté( - 7,8% pour le français et -12,5% en mathématiques). Ces dédoublements sont la pointe avancée de la priorité donnée à l’école primaire.

Comment voulez-vous continuer à combattre les inégalités de destin ?

Le président de la République a annoncé un approfondissement de la priorité donnée à l’école primaire : dédoublement des classes de grande section en éducation prioritaire, pas plus de 24 élèves par classe en grande section, CP et CE1 partout en France, et fin de la fermeture des écoles sans l’accord du maire. En outre, nous renforçons l’accompagnement au collège avec la mesure «devoirs faits» qui permet aux élèves de rentrer chez eux en ayant déjà fait leurs devoirs. La transformation en profondeur des lycées va permettre de donner à chaque élève plus de choix et plus de chance de réussir. C’est le sens même de la promesse républicaine : offrir à chaque enfant ce dont il a besoin pour se projeter avec confiance vers son avenir.