Retrouvez cet article sur en-marche.fr

3 questions à... Sophie Cluzel

3 juillet 2019 - La secrétaire d'État chargée des personnes handicapées, Sophie Cluzel, a répondu à nos questions sur les avancées du Gouvernement durant les deux dernières années et sur les prochains chantiers à venir.

Comment permettre aux personnes en situation de handicap d’être moins invisibles dans notre société et avancer vers une société plus inclusive ?

Être invisible, c’est ne pas exister aux yeux des autres. C’est trop souvent ce que vivent les personnes en situation de handicap. Pour renverser cela, il faut faire société en partageant notre patrimoine commun: aller ensemble à l’école, pratiquer les mêmes sports, partager les émotions devant une œuvre. Il nous faut rendre accessibles toutes les composantes de notre société et assurer ainsi la participation de chacun. Nous avons tous des actions à engager, dans nos politiques publiques, mais aussi au quotidien, en poussant par exemple hors des trottoirs les trottinettes et les poubelles. Cette société dans laquelle chacun compte est à notre portée si nous la faisons ensemble.

Comment développer et favoriser l’autonomie des personnes en situation de handicap ?

Trop souvent encore, nous faisons à la place des personnes, choisissons les “ bonnes solutions ” pour elles. Considérons plutôt que les personnes peuvent décider pour elles-mêmes et faire leur propre choix tant qu’elles bénéficient des outils et moyens de compensation adaptés. Investissons sur l’accès aux nouvelles technologies, la communication, la mise en réseau etc. Encourageons le pouvoir d’agir, ne décidons jamais rien sans les personnes concernées. Pensons par exemple à la télécommande, inventée par et pour les personnes handicapées, que nous utilisons maintenant tous!

Comment diagnostiquer de manière plus précoce les troubles de développement chez les enfants ?

Les professionnels doivent réagir dès les premiers signes. En crèche, à l’école, il est possible d’identifier des troubles du neuro-développement. Il s’agit alors d’orienter vers des interventions précoces qui peuvent suffire. Pour ce faire, nous avons développé des outils, dont un carnet pour les consultations médicales des enfants entre 0 et 7 ans. Si le médecin détecte des signes d’alerte, il renvoie les parents vers des plateformes de coordination territoriales avec des psychologues, psychomotriciens, orthophonistes, ergothérapeutes. Ces interventions doivent permettre de lever le doute, corriger la trajectoire développementale, ou progresser dans le diagnostic. Une trentaine de plateformes va voir le jour d’ici fin 2019!