Retrouvez cet article sur en-marche.fr

3 questions à...François de Rugy

3 juillet 2019 - Le ministre de la Transition Écologique et Solidaire, François de Rugy, a répondu à nos questions sur les avancées du Gouvernement durant les deux dernières années et sur les prochains chantiers à venir.

Quelle est notre plus grande avancée en 2 ans?

Un tournant majeur : nous avons commencé à sortir la France de la dépendance au pétrole. Dès le début du quinquennat, nous avons interdit tout nouveau forage pétrolier sur le territoire. Nous sommes l’un des premiers pays à le faire. Depuis, nous incitons et aidons les Français à consommer moins d’énergies fossiles pour se déplacer, se chauffer, se fournir en électricité. Grâce à l’aide que nous avons mise en place, en 2018, 300 000 automobilistes ont mis à la casse une vieille voiture polluante et ont pu en acheter une moins consommatrice de carburant. 1,3 millions de foyers ont fait des travaux d’isolation pour faire baisser leur consommation et leurs émissions de CO2. Et les premiers résultats sont là: en 2018, les émissions de gaz à effet de serre de la France ont baissé de 4,2%!

150 personnes tirées au sort pour décider de notre politique climatique : quel va être leur rôle?

En matière de lutte contre le réchauffement climatique, tout le monde est d’accord sur la nécessité d’en faire plus, mais les crispations et les polémiques enflent sur les moyens à mettre en œuvre. Nous devons passer du consen- sus sur le constat au compromis sur les solutions. Ces 150 Français tirés au sort auront cette responsabilité. Ils pourront évaluer nos dispositifs d’aide à la transition écologique, propo- ser des améliorations, ou en imaginer de nouveaux avec des financements. Nous avons pris un engagement: l’ensemble de leurs propositions sera mis en application directement, soumis au vote du Parlement, ou à celui des Français par un référendum. C’est historique.

Un monde sans plastique, c’est possible?

Oui, c’est nécessaire ! Si nous ne faisons rien, il pourrait y avoir plus de plastique que de poissons dans les océans en 2050. Depuis deux ans, nous agissons contre cette triste fatalité. Nous avons interdit des produits plastiques à usage unique, signé un pacte national sur les plastiques pour atteindre 60% d’emballages plastiques recyclés d’ici 2022 et mieux concevoir les emballages pour les rendre réutilisables, recyclables ou compostables à 100% d’ici 2025. À notre demande, plusieurs secteurs industriels se sont engagés à doubler la quantité de plastique recyclés dans leurs produits. Et ça marche: 12% de plastiques en plus ont été recyclés en 2018 ! Mais ce n’est qu’un début : nous préparons maintenant une loi anti-gaspillage contre les pollutions plastiques.