Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Vie étudiante : 3 questions à ... Sacha Halphen

29 novembre 2019 - Sacha Halphen, Conseiller National des Jeunes avec Macron en charge de la vie étudiante répond à nos questions

1. Quels sont les sujets de préoccupation majeur des étudiants ?

Les priorités des étudiants aujourd’hui sont le logement, le pouvoir d’achat et l’équilibré́ entre vie personnelle et vie étudiante.

Le loyer est le premier poste de dépenses des étudiants, c’est la priorité́. Aujourd’hui, il existe des aides pour se loger dignement avec des logements universitaires sur les campus ou aux alentours, un plan de modernisation de ces logements a été́ mis en place par le gouvernement et de nombreuses habitations du même type sont en construction. Le Gouvernement a aussi mis en place la garantie « VISALE » qui permet à̀ des milliers de jeunes d’obtenir une caution.

Néanmoins, malgré́ ces dispositifs, la question du logement étudiant n’est pas encore résolue : le manque de place demeure (de nombreux complexes d’habitations sont en cours de constructions), ainsi que les refus de nombreux bailleurs car les étudiants sont souvent considérés comme des mauvais payeurs. Ce sont des stéréotypes qui desservent les étudiants et qui peuvent créer des situations précaires.

Comment finir le mois après avoir payé́ son loyer ? C’est la question que de nombreux étudiants se posent. Aujourd’hui 46% des étudiants déclarent avoir exercé́ une activité́ rémunérée en période d’étude. 75% de ceux qui travaillent durant leurs études déclarent que leur activité́ professionnelle permet « d’améliorer leur niveau de vie » et 55% la jugent « indispensable pour vivre ». Ces chiffres sont forts !
Les étudiants ont besoin de travailler pour vivre. Avoir un « job » pendant les études n’est pas synonyme d’un échec universitaire assuré, tout dépend du nombre d’heures effectuées. Au dessus de quinze heures par semaine le travail étudiant est contre-productif pour la réussite ou pour la vie sociale.

Les étudiants peuvent travailler mais nous devons réfléchir à des moyens permettant d’allier les besoins financiers de chacun tout en gardant un cadre de vie sain avec une vie sociale, la possibilité́ de faire des activités extra-universitaires et avoir accès à la culture.

C’est ce que nous souhaitons pour les étudiants ! Des études sereines et productives avec un style de vie alliant les loisirs et une sécurité́ financière.

2. Quelles sont les principales revendications ?

Il y a différents types de revendications. Celles des principaux syndicats se concentrent sur les aides financières. Malheureusement ce combat passe, pour certains, par la violence. Il est impensable d’accepter cette violence et les Jeunes avec Macron travaillerons toujours pour protéger les étudiants les plus faibles qui font tout pour s’en sortir.

Aider les étudiants, cela passe avant tout par un meilleur accès aux droits. On constate effectivement que de nombreux étudiants ont des droits mais ne les demandent pas, car il y a un manque de visibilité́ sur les aides dont ils peuvent bénéficier. Si l’État met en place des aides qui restent non-pourvues, il faut mieux informer pour que les étudiants puissent en prendre connaissance.

Par ailleurs, les étudiants ont des demandes concrètes, comme des facilités pour obtenir des aides au logement, une flexibilité́ sur les emplois étudiants permettant d’allier le travail universitaire et une vie personnelle épanouie.

Cela passe parfois par des mesures qui peuvent paraitre innocentes mais qui ont un impact fort dans la vie de chacune et chacun. Ainsi, pourquoi ne pas avoir des bibliothèques qui ferment tard le soir afin de permettre aux étudiants de venir étudier après le travail, tout en demandant que celles-ci soient ouvertes le week-end ?
Les revendications que nous entendons sont aussi très axées sur la protection de l’environnement avec la volonté́ d’avoir des universités qui sont des exemples en matière de transition écologique.
Mais ça ne s’arrête pas là ! Malgré́ ce que l’on peu entendre, les étudiants demandent aussi plus de solidarité́ entre les générations avec la possibilité́ de donner à̀ toutes et tous le moyen de vivre dignement. Cela peut passer par la mise en place de distributions à titre gratuit de protections d’hygiènes pour les femmes ou par la mise en place d’épiceries solidaires dans les universités.

Les Jeunes avec Macron travaillent activement sur tous ces sujets et proposeront d’ailleurs des mesures concrètes au gouvernement dans les prochaines semaines.

3. Comment peut-on favoriser l’engagement des étudiants face aux grands défis de notre temps ?

Notre combat est de reconnecter les jeunes français avec la politique mais pas que ! Nous avons un message pour les étudiants pour faire face aux grands défis de notre temps : ENGAGEZ-VOUS !

La France a besoin de sa jeunesse, de son audace et de sa détermination ! Nous sommes en première ligne pour défendre la transition écologique et la protection de la planète. Une meilleure valorisation de ces engagements à l’université́ est la clé́ pour pousser notre jeunesse à s’engager.

Mais notre jeunesse n’est pas assez engagée par manque de temps, de moyens, d’informations. Il faut mieux valoriser des expériences associatives dans les universités, avec une certaine flexibilité́ permettant d’étudier tout en développant de nouveaux savoirs dans le cadre d’un engagement associatif, sportif, politique ou personnel.

Nous pouvons favoriser cet engagement par une meilleure articulation entre les journées d’études, les moments de travail et d’engagement citoyen. C’est possible et ça ne coute pas des millions ! Nous devons enfin innover pour rapprocher le monde du travail et les lieux d’enseignements supérieurs, avec par exemple : des facilités administratives pour faire des stages pendant les études ou permettre aux étudiants d’avoir des « jobs étudiants » sur les campus.