Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Investir pour l’hôpital : des mesures pour accélérer « Ma santé 2022 »

20 novembre 2019 - Face aux difficultés que rencontre l’hôpital public, le Premier ministre et la ministre des Solidarités et de la Santé, ont présenté aujourd’hui un plan exceptionnel d’investissement.

Le président de la République l’a dit, “le plan Ma Santé 2022 pour refonder notre système de santé est le bon, mais il ne va pas assez vite.”

Pour accompagner l’hôpital dans ces transformations et faciliter son fonctionnement au quotidien, le gouvernement s’engage avec de nouvelles mesures qui se déclinent en 3 axes :
  • Renforcer l’attractivité des métiers et fidéliser les soignants
  • Accompagner les débuts de carrière des soignants : étendre le contrat d’engagement de service public (CESP) assorti d’une indemnité mensuelle de 750 €.
  • Étendre aux non-médecins la prime d’engagement dans la carrière hospitalière (PECH) afin qu’elle puisse répondre à la question des métiers en tension.
  • Une prime de 100 € mensuels nets sera mise en en place pour les aides soignants formés exerçant en services de gériatrie.
  • Une prime annuelle nette de 800 € sera allouée aux 40 000 personnels hospitaliers travaillant en petite couronne et gagnant moins que le salaire médian (environ 1 950 € net par mois).

  • Lever les blocages de l’hôpital public
  • Faire confiance aux équipes de soins dans la mise en oeuvre des protocoles locaux et favoriser la coopération entre professionnels pour libérer du temps médical
  • Alléger les procédures administratives des hôpitaux : en particulier pour les praticiens hospitaliers, les concours seront supprimés et les conditions d’exercice de l’année probatoire seront alignées sur le droit commun.
  • Lutter contre les dérèglements du fonctionnement normal des services (intérim médical et permanence des soins en établissement de santé) notamment par la mise en place d’une rémunération attractive des gardes assurées en plus des obligations de service pour un praticien.

  • Réinvestir dans l’hôpital en lui donnant des moyens nouveaux et de la visibilité dans le temps
  • Les tarifs hospitaliers ne baisseront plus et seront en hausse d’au moins 0,2% chaque année jusqu’à la fin du quinquennat, interrompant 10 années de baisse.
  • Sur les 3 prochaines années, 150 M€ par an seront fléchés vers l’investissement courant pour répondre au besoin actuel d’investissement quotidien
  • A partir de 2020, 10 Md€ de dettes seront repris aux hôpitaux en 3 ans afin d’alléger les charges des établissements, assainir leur structure financière et leur permettre d’investir et de se transformer
En synthèse, cet engagement « Investir pour l’hôpital », c’est 1,5 Milliards d’euros sur la période 2020-2022 afin de mener à bien les transformations induites par Ma Santé 2022.