Retrouvez cet article sur en-marche.fr

La Police de Sécurité du Quotidien, une réforme en profondeur de la police

8 février 2018 - L’engagement pris par Emmanuel Macron lors de sa campagne présidentielle est tenu : les forces de l’ordre seront profondément modernisées pour mieux protéger les citoyens et redonner tout son sens à leurs missions.

✅ La Police de Sécurité du Quotidien : on l’a dit, on l’a fait !

La sécurité est la première préoccupation des Français.

Pour y répondre, Emmanuel Macron s’était engagé pendant la campagne présidentielle à créer une « Police de Sécurité du Quotidien » : c’est une réforme d’ensemble qui permettra à la police de se recentrer sur l’essentiel de ses missions et de retrouver une relation de confiance avec les citoyens.


✅ Un changement qui devenait urgent pour les forces de l’ordre

Les forces de l’ordre attendaient ce changement de logiciel après deux quinquennats qui les ont privées de leurs moyens.

  • Entre 2007 et 2012 : 12.500 postes de policiers et de gendarmes ont été supprimés et une « politique du chiffre », inefficace en matière de sécurité, avait été mise en place.
  • Entre 2012 et 2017 : des postes ont été recréés mais cela s’est fait au détriment de l’investissement, notamment dans les équipements. Des « zones de sécurité prioritaire » ont été créées mais avec trop peu de moyens (3 personnels par zone en moyenne pour un total de 180 effectifs seulement).

Malgré l’engagement exemplaire des policiers et gendarmes, la situation s’est considérablement dégradée. Un profond malaise s’est installé chez les forces de l’ordre et le sentiment d’insécurité reste très présent chez nos concitoyens (66% indiquent qu’il leur arrive de se sentir en insécurité - Odoxa).


✅ Avec la Police de Sécurité du Quotidien, on ne verra plus...

  • Des policiers et des gendarmes qui consacrent sept heures à remplir des papiers pour une heure sur le terrain.
  • Des policiers et des gendarmes qui passent 1,2 million d’heures par an à enquêter sur l’usage de stupéfiants pour seulement 33.000 condamnations.
  • Une seule patrouille de BAC la nuit, dans la plupart des quartiers difficiles.
  • Un chef de la police qui préfère arrêter plusieurs fois le même délinquant que se concentrer sur la lutte contre les trafics, pour satisfaire les objectifs statistiques qui lui sont fixées, une « politique du chiffre » absurde.

✅ La première réforme d’ampleur depuis longtemps

Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, porte une réforme d’ensemble pour transformer en profondeur l’action des forces de l’ordre.

À partir d’une large consultation au sein de la police et de la gendarmerie, ayant réuni plus de 70.000 contributeurs, le ministre s’attaque notamment à trois chantiers qui n’avancent pas depuis de nombreuses années.

La suppression des tâches indues exercées par nos forces de l’ordre : le but est de leur redonner du temps libre pour se concentrer sur leurs missions au service de la sécurité des Français et pas sur des tâches administratives.

La numérisation de la procédure pénale : pour remplacer les dossiers papiers qui transitent des Commissariats aux Tribunaux, la procédure pénale numérique permettra aux policiers et aux gendarmes de travailler plus efficacement et donc de dégager du temps pour leurs missions prioritaires.

La forfaitisation de certaines infractions : des sanctions immédiates seront mises en place pour certaines infractions spécifiques (la consommation de cannabis ou le harcèlement de rue) ce qui permettra aux forces de l’ordre de se concentrer sur la protection des citoyens.

Ces améliorations sont notamment rendues possibles grâce à des équipements numériques dans lesquels le ministère de l’Intérieur investit massivement (110.000 tablettes et smartphones).


✅ On augmente les moyens là où c’est essentiel

Le Gouvernement se donne les moyens de mieux protéger les citoyens. Le ministère de l’Intérieur recrutera 10 000 policiers et gendarmes sur le quinquennat et d’investir 3 milliards d’euros pour la rénovation des commissariats et pour l’équipement des forces de police.

La réforme de la Police de Sécurité du Quotidien, ce n’est pas la création d’une nouvelle unité de police mais une réforme d’ensemble qui alloue plus de moyens aux « territoires perdus de la République ». Avec :

La création de 60 « quartiers de reconquête républicaine » : 15 à 30 agents supplémentaires seront placés dans ces zones difficiles marquées par les trafics et la délinquance. Par comparaison, c’est 5 à 10 fois plus que dans une « zone de sécurité prioritaire ».

Carte des quinze premiers « quartiers de reconquête républicaine »

500 gendarmes seront affectés à l’accompagnement renforcé de 20 départements ruraux et périurbains marqués par une croissance démographique forte et par l’insécurité, ainsi que dans les Outre-Mers.

Carte des vingt départements avec des renforts de gendarmerie

La création de 250 unités de contact dans la gendarmerie pour entretenir un lien permanent avec la population afin de la rassurer et de capter des renseignements humains utiles à la sécurité de tous les territoires.

Carte des brigades et groupes de contact de la Police de Sécurité du Quotidien

Retrouvez notre fiche pédagogique sur la Police de Sécurité du Quotidien

Consultez le document !