Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Loi de programmation militaire : davantage de moyens pour nous défendre, enfin !

9 février 2018 - Des budgets inédits seront débloqués pour les armées sur les sept prochaines années. Ils permettront de recruter et moderniser les équipements de nos soldats.

La loi de programmation militaire, qui fixe le cadre pluriannuel du budget des armées, va être présentée au Parlement.

✅ Un effort budgétaire inédit

La loi de programmation militaire (LPM) prévoit de consacrer 295 milliards d’euros à la Défense entre 2019 et 2025. C’est un effort inédit qui :

  1. Permet une augmentation durable du budget annuel des armées (34 milliards d’euros en 2018) ;
  2. Répond à des attentes fortes. L’objectif de stabiliser les dépenses de Défense de la France à 2% du PIB sera atteint d’ici 2025.
  3. Inverse ainsi la tendance : « Les précédentes lois de programmation militaire demandaient des efforts aux armées. Cette fois, on demande un effort à la nation pour les armées. »



✅ Un effort de recrutement qui consolidera le moral des troupes

Cette loi de programmation militaire stoppe les réductions budgétaires systématiques lors des trois derniers quinquennats.

C’était nécessaire car les réductions d’effectifs qui s’en sont suivies ont créé de fortes tensions dans les armées. En effet, 60.000 postes ont été supprimés entre 2005 et 2015.

La nouvelle LPM prévoit, au contraire, de recruter 6.000 civils et militaires d’ici 2025 (dont 3.000 avant la fin du quinquennat). Ces nouveaux effectifs iront en particulier renforcer la cyberdéfense (1.500 postes) et le renseignement (1.500 postes).




✅ Un effort d’équipement pour moderniser les forces armées

Les troupes sont épuisées par l’opération Sentinelle sur le territoire national et les opérations extérieures au Sahel et au Levant. Dans ce contexte, ce budget accru améliorera le quotidien de nos 200.000 soldats grâce à des moyens humains et des équipements renforcés.

L’augmentation du budget est chiffrée :

  • +34% sur 2019 - 2023 pour les petits équipements, comme les gilets pare-balles de dernière génération ;
  • +30% pour l’entretien du matériel existant qui a servi parfois plusieurs décennies ;
  • +71% pour les infrastructures.

Concrètement, cela représente des moyens supplémentaires pour toutes les armées.

  • Pour nos services de renseignement, c’est le renforcement des capacités de détection par avions, drones et satellites.

  • Pour l’armée de Terre: c’est l’achat de nouveaux véhicules blindés médians, le remplacement de 150 Véhicules de l’Avant Blindé et l’acquisition de 40 chars légers Jaguar supplémentaires.

  • Pour la Marine : en plus de la modernisation du Charles de Gaulle mise à l’étude, c’est l’achat 1/ de quatre pétroliers ravitailleurs de nouvelle génération ; 2/ d’un bâtiment léger spécialisé dans le recueil de renseignement ; 3/ de 19 patrouilleurs indispensables (pour surveiller les zones économiques exclusives françaises outre-mer).

  • Pour l’armée de l’Air : c’est l’acquisition de 8 avions légers de surveillance, le renouvellement de ses ravitailleurs avec 15 nouveaux A330 MRTT, l’achat de six drones Reaper supplémentaires et enfin l’arrivée de 28 nouveaux Rafale et d’une cinquantaine d'avions de chasse Mirage 2000 modernisés.

  • Pour la dissuasion nucléaire : les travaux de renouvellement seront engagés durant le quinquennat pour les deux composantes de la dissuasion, navale et aéroportée. Cela représentera l’équivalent d’un budget de défense annuel complet entre 2019 et 2025.