Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Violences intrafamiliales : quels sont les nouveaux dispositifs d’alerte ?

2 avril 2020 - Le confinement instauré pour lutter contre l’épidémie de Covid-19 peut exacerber les violences conjugales et la maltraitance. Le Gouvernement agit et met en place de nouveaux dispositifs d’alerte.

Le Gouvernement est pleinement mobilisé sur les violences intrafamiliales et appelle chacun(e) à une vigilance accrue face à aux risques de violences pendant la période de confinement. Des mesures exceptionnelles ont été prise pour les victimes de maltraitance et de violences conjugales.

Ainsi, Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations, déploie un plan pour protéger les victimes de violences conjugales pendant la période de confinement.

  • Un million d'euros ont été débloqués pour venir en aide aux associations de terrain ;

  • Des points d'accompagnement éphémères sont mis en place dans les centres commerciaux en partenariat avec des associations locales, les services de l’Etat et Unibail-Rodamco-Westfield, gestionnaire de centres commerciaux ;

  • Le traitement des contentieux reste assuré : ordonnances de protection, audiences correctionnelles, éviction du conjoint violent… ;

  • Un dispositif d'alerte a été mis en place dans les pharmacies. Il suffit aux victimes de prononcer le terme "Masque 19" auprès du pharmacien pour que celui-ci avertisse les forces de l'ordre ;

  • 20 000 nuitées d'hôtel vont être financées par l’Etat pour pour écarter immédiatement du domicile les victimes des conjoints violents ;

  • Les centres d’hébergements d’urgence des femmes victimes de violences conjugales restent ouverts le temps de la période de confinement et 1000 places supplémentaires sont ouvertes ;

  • Pour s’informer sur ses droits et bénéficier d’une oreille attentive, la plateforme stop-violences-femmes.gouv.fr maintient son service pendant le confinement et le numéro national 3919 reste ouvert de 9 heures à 19 heures, du lundi au samedi.

  • Le numéro d’urgence 114, dédié initialement aux personnes sourdes et malentendantes, est désormais accessible aux femmes victimes de violences conjugales pendant la période de confinement. Ce dispositif permet de donner l’alerte par un message texte plutôt que par un appel.

Pour toute urgence, il est nécessaire de composer le 17 ou de contacter la plateforme de signalement des violences, arretonslesviolences.gouv.fr, accessible tous les jours, 24h/24.



Par ailleurs, Adrien Taquet, secrétaire d’État chargé de la Protection de l’enfance, a renforcé un certain nombre de dispositifs visant à prévenir les violences faites aux enfants dans un cadre privé.
  • Le plan de continuité d’activité du 119 – Enfance en danger a été déclenché pour assurer un maintien de l’activité des écoutants, indispensable au repérage des situations de danger ou de risque de danger d’enfants. Un point hebdomadaire est fait entre le ministre et les responsables du 119-Enfance en danger pour suivre l’évolution de la situation des violences recensées.
  • La justice maintient les procédures d’urgence permettant de garantir la protection de tous les enfants. Des permanences sont assurées dans les tribunaux pour enfants afin de prendre les mesures utiles de protection pour les enfants exposés à une situation de danger. En cas d’urgence, des ordonnances de placement provisoire seront décidées par les magistrats pour garantir leur protection.
  • Dans le cadre du dispositif d'alerte de violences conjugales mis en place dans les pharmacies, les pharmaciens sont également formés à recueillir le témoignage de violences sur enfant.
  • Puisqu’il n’est pas toujours simple de s’isoler pour téléphoner en période de confinement, un formulaire de signalement en ligne des violences envers les enfants sera bientôt opérationnel.
  • Des actions de sensibilisation sont menées pour inviter chacun(e) à redoubler de vigilance et à composer le 119 si l’on est témoin, même auditif, même dans le doute, de violence sur un enfant. Le numéro reste ouvert 24h/24 et l’appel, gratuit depuis tous les téléphones, n’apparaît sur aucun relevé téléphonique.