Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Municipales 2020 : c’est eux qui en parlent le mieux !

16 juin 2020 - Qu’ils soient élus au premier tour, en campagne pour le second ou conseiller municipal d’opposition, ils nous racontent leur engagement et les actions menées au cours de ces derniers mois si particuliers.

  • DERNIERS JOURS DE CAMPAGNE

Alors qu'approche le second tour, nos candidat(e)s témoignent de leur engagement dans cette dernière ligne droite et comment la crise a impacté leur vision de la ville.

Emilie Chalas, candidate à Grenoble (38), tire les enseignements de la crise sanitaire et appelle à un plan d’urgence pour sa ville, en faveur d'un territoire résilient et d’un accompagnement des plus précaires.

« Donner les moyens à tous les jeunes de s’émanciper par l’école et par le travail est pour nous une préoccupation de premier plan. »
Emilie Chalas, candidate à la mairie de Grenoble



Léna Etner, candidate à Saint-Mandé (94), se mobilise particulièrement pour l’école et nous parle du rôle de l’élu local de demain.



A Ferney-Voltaire, Dorian Lacombe a réuni deux autres candidats pour présenter au second tour une liste de fusion, avec une innovation politique majeure : instaurer le principe de collégialité et être maire à tour de rôle. Il nous raconte.




Sylvie Brot, candidate à Ramonville (51) : “On n’attend pas d’être élus pour agir.” Elle porte un projet d’alternance pour une ville sûre, inclusive et écologique.

Nous avions suivi la candidate sur le terrain en février dernier :




Anthony Brottier, candidat à Poitiers (86), a mis en place un projet pour "l'après-covid" avec notamment pour axes principaux l'économie et l'aide aux plus fragiles.

« Pour éviter que la crise sanitaire se transforme en crise économique et sociale, les collectivités ont elles aussi une grande responsabilité et un rôle à jouer. »
Anthony Brottier, candidat à la mairie de Poitiers
Il nous présente une mesure phare de son programme pour Poitiers : créer un pavillon du Futuroscope en plein centre-ville pour attirer le tourisme et développer les emplois.




Retrouvez tous les candidats progressistes au second tour : cliquez-ici


  • CEUX QUI AGISSENT

Élus ou réélus au premier tour, ils ont su adapter la vie municipale et développer de nouveaux services pour les habitants. Aujourd’hui, ils dressent pour nous le bilan de leurs actions et dessinent la ville de demain.

Dans région Grand Est, la ville de Maxéville a subi de plein fouet l’épidémie de Covid-19. Son maire, Christophe Choserot, a mobilisé toute l’équipe municipale pour répondre aux besoins d’équipement de protection sanitaire. La ville a alors monté, en un temps record, un site de production de masques. Il nous explique.


Il dresse également le bilan de la gestion de crise par sa municipalité et revient sur les enjeux de la ville de demain.


Référent de LaREM dans la Loire, David Kauffer a été élu maire de Saint-Romain-les-Atheux au soir du premier tour des élections municipales. Il nous raconte sa prise de fonction et précise ses priorités pour le début de son mandat.
« Nous avons établi un “Plan de Mandat” pour déployer nos priorités efficacement. »
David Kauffer, maire de Saint-Romain-les-Atheux



Pendant le confinement, “la vie municipale ne s’est jamais arrêtée”, explique Raphaël Bernardin, maire de Saint-Sulpice-La-Pointe. La ville, située au coeur du Tarn, a su mettre en place dès le premier jour un plan de continuité de l’activité.


Il revient sur cette crise sanitaire inédite, qui a profondément bouleversé le rôle de maire.


“A situation exceptionnelle, actions exceptionnelles !” Nathalie Nieson, maire de Bourg-de-Péage depuis 2008, détaille les actions mises en place pendant le confinement, dans le cadre du déconfinement et pour préparer la suite.

Elle revient également sur une mesure inédite mise en place dans sa commune : distribuer un bon d’achat aux habitants de Bourg-de-Péage, pour inciter à dépenser dans les commerces de proximité.




Élu le 15 mars dernier au conseil municipal de Ligny-le-Ribault (45), Nicolas Bertrand nous raconte ses premiers pas de conseiller municipal d’opposition.
« Il faut renouer les liens entre les territoires. Car l’isolement est un terrible vecteur d’inégalités et d’injustice. »
Nicolas Bertrand, conseiller municipal de Ligny-le-Ribault



A Nevers, l’accent a été mis sur les outils numériques pour maintenir une activité dans tous les domaines du service public (mairie, éducation, gestion de l’eau) et des services privés (commerces, télétravail, etc). En témoigne l’application mobile mise en place sous l’impulsion du maire de la ville, Denis Thuriot. Explications.


Il revient également sur l’enjeu de continuer d’investir dans l’innovation et les nouvelles technologies et nous livre ses impressions pour construire la ville de demain : durable, solidaire et inclusive.


Responsable “Engagement Citoyen“ de l’équipe de LaREM dans les Pyrénées-Atlantiques, Brigitte Coustet a été élue au soir du 15 mars conseillère municipale de Jurançon (64). Elle raconte sa prise de fonction.
« Les mots puissants de la Charte de l’élu local ont résonné avec mes propres combats : impartialité, probité, intégrité. »
Brigitte Coustet, conseillère municipale de Jurançon

Le 28 juin prochain, chaque vote comptera. Ne faites pas l'impasse sur ces élections, rendez-vous sur notre plateforme procurations.

cliquez-ici