Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Municipales 2020 : nos solutions face au RN

6 février 2020 - La semaine dernière, Stanislas Guerini et Pierre Person se sont rendus respectivement dans le Sud-Est et les Hauts-de-France à la rencontre de marcheurs et marcheuses qui disent non à la fatalité du vote extrême.

Toute la journée du samedi 1er février, Stanislas Guerini, a sillonné le département du Var, une terre où le potentiel de progression du Rassemblement national est élevé. Place au dialogue donc, avec des riverain(e)s et des commerçant(e)s parfois méfiant(e)s envers l’appareil politique mais bien souvent convaincu(e)s qu’il est possible de changer les choses en parlant des projets qui marchent et des valeurs qui nous unissent.

Les marcheurs et marcheuses disent non à la fatalité. A l’instar de notre candidate à la mairie de Cuers, Christine Ibanez, qui refuse de céder au discours pessimiste du Rassemblement national. Elle a choisi de porter un projet optimiste pour sa commune, pour la rendre plus attractive et en faire un modèle écologique.



A des centaines de kilomètres de là, Pierre Person a quant à lui échangé avec des riverain(ne)s des Hauts-de-France, un territoire où les ressorts du vote RN sont très différents, mais où le sujet reste le même : être tenté(e)s par le vote extrême.

Une réalité qui renforce notre conviction : c’est en proposant des solutions optimistes pour nos territoires que nous ferons rempart au “discours misérabiliste” du RN.

« A chaque fois qu’on apporte des solutions à ces crises, avec des personnes de la société civile très implantées dans leur territoire, on fait reculer le Front. »
Stanislas Guerini, le 1er février 2020

Les fractures territoriales engendrent le recours au vote RN. C’est ce qu’ont expliqué les député(e)s LaREM du Sud-Est lors de la réunion publique qui s’est tenue à Saint-Raphaël. Accueilli(e)s par notre candidate à la municipalité, Sandrine Hacquard, les député(e)s Valérie Gomez-Bassac (Var), Françoise Dumas (Gard), Alexandra Valetta-Ardisson (Alpes-Maritimes) et Adrien Morenas (Vaucluse) ont présenté quels étaient les leviers du vote RN et rappelé l’importance de remonter ces sujets locaux au niveau national et parlementaire pour combattre l’idéologie des extrêmes.



Nous devons apporter des réponses locales. Les candidats et candidates des villes à risque dans le Sud-Est ont exprimé l’importance d’apporter des réponses locales aux causes du vote RN. De Fréjus à Avignon en passant par Cassis, La Valette-du Var et Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, nous allons porter une dynamique de projets optimistes. Nous allons enfin faire appel au choix républicain en cas de besoin pour éviter l’arrivée du RN à la municipalité.

C’est le message sans ambiguïté qu’a tenu à rappeler notre Délégué général : notre Mouvement assumera ses responsabilités contre le RN en faisant des choix clairs au 1er et au 2nd tours des municipales.

Pierre Person a confirmé cette position lors de son intervention à Lille, samedi, en fin de journée, au Forum 2020 des Jeunes Avec Macron : face à la formation de Marine Le Pen, notre Mouvement fera “le choix de la responsabilité républicaine.”





  • L'action coup de poing des Jeunes Avec Macron
Dans le cadre de leur forum 2020, les Jeunes Avec Macron (JAM) ont passé l’après-midi dans cinq communes tenues ou convoitées par le Rassemblement national : Calais, Condé-sur-l’Escaut, Denain, Hénin-Beaumont et Marchiennes.

L’objectif était d’aller à la rencontre des habitant(e)s pour renouer le dialogue et éviter ainsi le vote extrême.

Une opération réussie pour les quelques 250 membres des JAM présents qui, via un questionnaire préparé en amont, ont pu échanger sereinement avec les riverain(ne)s sur leurs préoccupations.

« Partout, nous ferons le meilleur choix pour ne pas être le marchepied du RN ! Partout, nous lutterons contre toute forme de porosité avec les extrêmes. »
Pierre Person, le 1er février 2020