Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Olivier Véran : “Nous devons protéger nos hôpitaux, nos services de réanimation et les Français”

24 septembre 2020 - La circulation du virus atteignant des seuils particulièrement préoccupants dans certains territoires, le ministre des Solidarités et de la Santé a présenté mercredi 23 septembre une nouvelle cartographie et des mesures adaptées.

Le virus ne circule pas de la même manière selon les territoires. Pour répondre de manière adaptée, le Gouvernement a décidé de prendre des mesures sanitaires proportionnées, permettant de préserver et de poursuivre notre vie économique, culturelle et sociale tout en réduisant au maximum les risques de contamination là où ils sont les plus forts.

Comme l’a indiqué Olivier Véran, chacun d’entre nous doit prendre la mesure de cette situation et continuer à appliquer quotidiennement les gestes barrières dans la sphère publique comme privée. “Si nous ne prenons pas des mesures rapidement, nous risquons d'atteindre une situation critique dans certaines régions les plus touchées, et ce, en quelques semaines.”

Ainsi, différents niveaux d’alerte ont été définis pour ajuster les mesures au plus près des risques présents dans chaque territoire :

Zone d’alerte

69 départements sont actuellement classés en zone d’alerte, c’est-à-dire que le taux d’incidence est supérieur à 50 cas pour 100 000 personnes. Pour freiner la propagation du virus, il est nécessaire de réduire les risques de contamination lors des rassemblements. Ainsi, les rassemblements sont limités à 30 personnes et le préfet peut prendre les mesures locales supplémentaires qu’il juge utiles.

Zone d’alerte renforcée

Bordeaux, Grenoble, Lille, Paris, Rennes, Rouen, Nice… Au total, une dizaine de métropoles sont concernées, où le taux d’incidence y est particulièrement élevé (au-dessus de 150 cas pour 100 000 habitants), y compris pour les personnes les plus vulnérables

Ainsi, dans ces métropoles, des mesures plus restrictives sont indispensables, à savoir :

  • l'abaissement de la jauge à 1000 personnes pour les rassemblements (à partir de samedi) ;
  • l’interdiction des grands événements déclarés comme fêtes locales ou fêtes étudiantes ;
  • l’interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes dans l’espace public ;
  • la fermeture anticipée des bars à 22h au plus tard (à partir de lundi) ;
  • la fermeture des salles de sport et des salles polyvalente (à partir de lundi).

Zone d’alerte maximale

Enfin, la zone d’alerte maximale concerne les territoires la situation est extrêmement tendue, avec des conséquences lourdes notamment sur les services de réanimation.

La Guadeloupe et la métropole d’Aix-Marseille sont concernées car le taux d’incidence est supérieur à 250 pour 100 000 et à 100 pour 100 000 pour les personnes les plus vulnérables. De nouvelles mesures sanitaires seront prises dès lundi, après concertation avec les acteurs locaux comme la fermeture des bars et restaurants ainsi que la fermeture des établissements recevant du public (sauf les lieux culturels qui ont mis en place un protocole sanitaire strict, comme les cinémas et les théâtres).

L’Etat n’abandonnera pas les entreprises concernées par ces mesures temporaires, elles seront soutenues financièrement et l’ensemble des dispositifs mis en oeuvre pendant le confinement seront réactivés.

Revoir l’intégralité du point hebdomadaire :