Retrouvez cet article sur en-marche.fr

PMA, intelligence artificielle, etc... participez aux États généraux de la bioéthique !

14 février 2018 - Les sujets importants pour notre société sont abordés dans le cadre des États généraux de la bioéthique pour un débat ouvert et apaisé.

Les États généraux de la bioéthique ont commencé le 18 janvier pour 6 mois afin de réviser la loi de bioéthique de 2011.

✅ Pourquoi organiser des États généraux de la bioéthique ?

  • Ces États généraux ont été prévus dès la loi de bioéthique de 2011 pour préparer son évolution.
  • Sur des sujets de société importants, ils servent à faire vivre un débat apaisé, mûri et ouvert.
  • Plus d’une centaine de consultations sont organisées par le Comité Consultatif National d’Ethique (CCNE) pour impliquer toutes les parties prenantes : citoyens, scientifiques, courants de pensée et religieux, associations et experts.

« Sur chacun des sujets que nous aurons à aborder, (...) il est impensable de penser le bien commun de notre société sans prendre pleinement en considération les religions et les philosophies qui les accompagnent. » 
Emmanuel Macron

PARTICIPEZ AUX ÉTATS GÉNÉRAUX DE LA BIOÉTHIQUE

Cliquez ici !

✅ Sur quoi portent les États généraux de la bioéthique ?

  • De nombreux thèmes vont être abordés : la recherche sur l’embryon, les dons et transplantations d’organes, la procréation médicalement assistée (PMA), la gestation pour autrui (GPA), l’accès aux données personnelles de santé, le développement des neurosciences ou encore de l’intelligence artificielle...
  • Tous les citoyens peuvent proposer d’autres thèmes de débat.

✅ Pourquoi parler de la PMA lors de ces États généraux ?

Pendant la campagne, Emmanuel Macron s’était exprimé de manière très claire en faveur de l’ouverture de la PMA aux couples de femmes et aux femmes célibataires.

Au mois de juin, le Comité consultatif national d’éthique a rendu un avis favorable sur l’accès à la PMA pour les couples de femmes et les femmes célibataires.

Le sujet sera donc bien porté par le Gouvernement afin de faire évoluer la législation. Il faudra, comme l’avait déclaré là encore Emmanuel Macron durant la campagne, bâtir « le plus large consensus possible » car « cette question importante mérite un débat serein, préservé des insultes et des attaques qui blessent les couples de même sexe et leurs familles ». 

« Le politique ne doit pas imposer un choix en brutalisant les consciences. »
Emmanuel Macron

PARTICIPEZ AUX ÉTATS GÉNÉRAUX DE LA BIOÉTHIQUE

Cliquez ici !