Retrouvez cet article sur en-marche.fr

L’idée en marche : la permanence en bus !

18 août 2017 - Valérie Petit nous explique l’objectif d’inclusion de sa permanente mobile et ses autres projets pour échanger avec les citoyens de sa circonscription (Nord 9).

  • Une petite présentation ?
Valérie Petit, députée de la 9ème circonscription du Nord. Je suis En Marche depuis 1 an, avant cela je n’avais jamais eu de mandat politique. Je fais partie des députés qui viennent de la “société civile” : avant mon élection, j’étais directrice d'un centre de recherche et professeur de management et de ressources humaines à l'École des hautes études commerciales (EDHEC).

  • Expliquez-nous, où allez-vous tenir votre permanence de députée ?
J’ai décidé de ne pas avoir de permanence fixe. Je trouvais que ce n’était pas le bon moyen par rapport à l’objectif de la permanence qui est d’avoir un lieu où chacun peut se rendre pour avoir des infos, poser des questions, échanger avec la députée, et cela pour plusieurs raisons. Tout d’abord, un lieu fixe vient avec un certain nombre de contraintes : contraintes d’accès, d’ouverture (horaires) et peu de gens peuvent se rendre dans les permanences. Ils ont un travail, des horaires fixes, sont limités en termes de transports… Par ailleurs, je n’avais pas envie de choisir une commune ou un quartier dans la circonscription.

C’est donc ainsi que j’ai décidé de mettre en place une permanence mobile grâce à un bus, qui sillonnera la circonscription.

  • Quel est l’objectif du bus ?
Je travaille beaucoup sur les questions d’inclusion. Je pense que chacun doit se sentir pris en compte et partie prenante de la société et des décisions qui s’y prennent. Je pense que, pour ça, il faut aller vers les citoyens pour les convaincre de rentrer dans le débat et ne pas attendre qu’ils viennent à moi. C’est ma responsabilité d’élue de faire la pédagogie des lois, de répondre aux questions, de recueillir les idées, faire remonter les préoccupations des habitants de ma circonscription.

Pour moi, c’est une question d’inclusion démocratique ! Dans certaines communes, il n’y a même pas 20% de participation aux élections.

Un des objectifs est donc de constater, dans 5 ans, un progrès de la participation électorale significatif, en plus d’avoir généré un maximum de contacts avec les administrés.
Minibus utilisé pendant la campagne
  • Quel sera le fonctionnement de ce bus ?

Pendant la campagne j’ai utilisé un bus pour communiquer, pour me faire connaître (cf. photo). Il venait en soutien de nos actions de terrain. Là, le bus que l’on va utiliser a une fonction tout à fait différente : pouvoir tenir, là où l’on souhaite, des réunions, des rencontres citoyennes (réunions avec la députée, réunions publiques…).

L’idée est d’aller au plus près des gens pour avoir une conversation.

L’intérieur est aménagé avec un espace de discussion, où les gens pourront s’installer et discuter. Le bus sera aussi connecté : dans beaucoup de zones de la circonscription où les gens sont peu connectés, notamment les seniors. Nous voulons les accompagner sur cet aspect, participer à réduire la fracture numérique. En parallèle du bus, nous allons créer une plateforme pour se connecter avec les citoyens pour rendre compte de mon action, recevoir des messages... S’ils ne sont pas connectés chez eux ils pourront consulter cette plateforme à bord du bus !

Tous les trimestres un plan de déplacement du bus sera publié. Nous proposerons aussi, dans la mesure du possible, de se déplacer à la demande. Nous pourrons ainsi venir en soutien de manifestations associatives, pour participer à des événements en faveur de la participation citoyenne.

  • Quelles sont les prochaines étapes ?
Sur la circonscription, nous allons mettre en place 3 outils. Premièrement le bus, pour sillonner la circonscription. Deuxièmement, il y a la plateforme en ligne pour pouvoir accès à l’information et échanger avec la députée. Notre troisième projet s’appelle “Nous, députés” : avec les comités locaux nous proposons aux adhérents de se constituer en “commission parlementaire” et de débattre d’un sujet. En collaboration avec mon équipe, nous les accompagnons pour leur expliquer le rôle du député(e), le fonctionnement de la commission, le texte de loi, la proposition d’amendements… Cela permet de faire participer les citoyens au débat mais aussi de générer des idées que la députée pourra relayer dans son travail parlementaire. Enfin, cela nous permet aussi de former et d’identifier des futurs leaders !

Enfin très concrètement sur l’acquisition du bus, nous sommes en réflexion avec la déontologue de l’Assemblée pour déterminer les modalités afin d’être dans la plus grande transparence : comment acheter le bus ? Qu’en fait-on à la fin du mandat ? Ces questions devraient être réglées très prochainement.