Retrouvez cet article sur en-marche.fr

La France et l’Allemagne proposent un plan de relance européen de 500 milliards d’euros

18 mai 2020 - Le président de la République et la Chancelière allemande ont présenté lundi 18 mai une initiative franco-allemande pour une réponse européenne à la crise du Covid-19.

Mise à jour le 27 mai 2020 - La Commission européenne a fait une proposition de plan de relance de 750 milliards d'euros, dont 500 milliards de fonds de relance via des subventions budgétaires, comme la France et l’Allemagne l’ont proposé le 18 mai.

La France espère un accord des 27 Etats membres dans les prochaines semaines.

« L’accord franco-allemand a permis cette avancée. Nous devons aller vite et adopter un accord ambitieux avec tous nos partenaires européens. »
Emmanuel Macron, le 27 mai 2020


Très tôt dans la crise, l’Union européenne a mis en place des solutions inédites, dans leur rapidité comme dans leur ampleur, en termes de solidarité et de soutien économique aux travailleurs, aux emplois et aux entreprises.

Aujourd’hui, la France et l’Allemagne proposent une réponse européenne qui s’appuie sur deux principes : la solidarité européenne entre ses membres et la souveraineté européenne à l’extérieur. Elle repose sur 4 piliers.

Donner la priorité à l’Europe de la santé

La France et l'Allemagne souhaitent la création d'une "stratégie santé" européenne. L’objectif est de mettre en place des stocks communs de masques et de tests ou encore des capacités d’achat et de production communes ou coordonnées pour les traitements et les vaccins. Les deux dirigeants proposent également la mise en application de plans communs de prévention des épidémies.

« Une Europe de la santé n’a jamais existé. Elle doit devenir notre priorité (...) Nous devons doter l’Europe de compétences très concrètes en matière de santé. »
Emmanuel Macron, le 18 mai 2020

Construire la solidarité par la création d’un fonds de relance

La France et l’Allemagne soutiennent la création d’un fonds de relance au sein du cadre financier pluriannuel pour mettre en œuvre la solidarité européenne dans la réponse à la crise du Covid-19.

Doté de 500 milliards d’euros financés par de la dette émise par la Commission européenne, il permettra de financer des dépenses budgétaires prioritaires dans les pays et régions européennes les plus affectés.

Cette proposition faite aux 27 pays membres de l'UE, viendrait compléter le programme d’urgence de 500 milliards d’euros environ déjà décidé pour faire face à la pandémie par les ministres des Finances de la zone euro.

Accélérer la transition écologique et numérique

Le Président l’a rappelé, cette crise que nous traversons ne doit pas remettre en cause les priorités que l’Europe s’était données.

« Le green deal ne doit pas être remis en cause mais accéléré. »
Emmanuel Macron, le 18 mai 2020

Emmanuel Macron et Angela Merkel ont ainsi réaffirmé leur volonté d'accélérer la transition écologique et numérique pour l’Europe, notamment par des engagements et conditions en matière de climat, d’environnement et de biodiversité.

Accroître la souveraineté économique et industrielle de l’Union européenne

Enfin, le dernier axe de cette initiative franco-allemande concerne le renforcement de la souveraineté économique de l’Union européenne, notamment en matière industrielle, ainsi que du marché intérieur.

« L'Europe doit mieux accompagner les secteurs les plus stratégiques et mieux partager une stratégie commune d'autonomie industrielle et économique. »
Emmanuel Macron, le 18 mai 2020

Le redémarrage de l’économie européenne passera entre autres par la réduction de sa dépendance dans les secteurs stratégiques, que ce soit en matière de relocalisation des chaînes de valeur ou de contrôle des investissements dans les entreprises. Les règles en matière de concurrence devront également être modernisées pour soutenir cette stratégie industrielle de souveraineté.