Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Le projet européen d’’Emmanuel Macron

5 août 2016 - Quelques semaines après le Brexit, alors que l’'Europe est questionnée, Emmanuel Macron expose un projet pour l’'Europe sur le long terme.

Quelques semaines après le Brexit, alors que l’'Europe est questionnée, Emmanuel Macron expose un projet pour l’'Europe sur le long terme.

Un projet sur le long terme

« Et puis le long terme, ce que nous devons savoir retrouver, c’'est le long terme pour l'Europe, je ne peux pas ne pas en parler ici ce soir. Parce que l’'erreur commise depuis dix ans, c’'est de ne plus avoir de projet pour l'Europe, c’'est de ne gérer l'Europe trop souvent qu’'à la petite semaine, de crise en crise, en n’'osant plus projeter du sens, en n’'expliquant plus à nos peuples ce qui nous rassemble, en perdant le fil de notre histoire, parce que ce qui a fait l'Europe, c'est une promesse de paix, de prospérité, de liberté, et c’'est cela que nous devons retrouver. »

L’'Europe en danger

« Le risque que nous courons, c’'est que l'Europe se désagrège. Ce n’'est pas un risque théorique, il est là, à nos portes, c’'est même en train de se faire sous nos yeux. Si nous continuons à ajuster, c’'est ce qui se passera. Pourquoi ? Parce que l'Europe ne peut progresser que si elle ne se regarde plus elle-même, que si elle ne regarde plus ses petites différences, les problèmes que nous avons par rapport aux uns et aux autres, l'Europe n’'a de sens que si on l’'inscrit dans le monde, que si on la regarde comme une puissance forte qui doit protéger par rapport aux risques extérieurs, une puissance qui doit être économique, énergétique, qui doit nous permettre de réussir, de nous projeter dans le concert des nations. »

Refonder une Europe qui sait parler aux perdants

« L'Europe, ses racines, c’'est d’'exister par rapport au reste du monde, pas pour elle-même, pas recroquevillée sur elle. Elle ne pourra avancer que justement si nous la pensons dans le monde, par rapport à la Chine et aux Etats-Unis, parce que notre défi est bien là, en la rendant plus concrète, plus efficace sur tous les défis qui sont les siens. Par rapport à l’'Afrique où elle a de formidables défis à relever, en termes de développement. Et pour avoir une Europe plus efficace.

Mais cette Europe ne fonctionnera que si nous savons considérer, parler aux perdants. Car il y a aujourd’'hui des perdants de l'Europe, des femmes et des hommes qui doutent, qui pensent que l'Europe les empêche d’'avancer. C’'est faux, bien souvent, parce qu’'on leur a menti sur l'Europe, qui ont peur de cette Europe, qui pensent qu’'elle leur a enlevé des choses. Si nous ne savons pas avancer avec eux, il n’'y aura plus d’'Europe. Notre responsabilité est de construire cette aventure européenne dans les prochains mois, maintenant, de manière pleinement démocratique. Cette refondation européenne passe, oui, par une association des peuples, par une capacité à tenir ces conventions démocratiques, à associer les citoyens, à les faire parler, leur demander ce qu’'ils veulent, à ne pas réserver le peuple aux démagogues. Et pour cela aussi, nous avons une responsabilité, et En Marche doit pleinement y participer. Ce sont ces trois convictions profondes sur lesquelles nous devons avancer dans les prochains mois. L’'encre de cette histoire, le fondement de cette action, ce qui la rend possible, c’'est l’'engagement. Mon engagement, votre engagement, notre engagement, c’'est cela qui fera avancer. C’'est le cœœur de notre démarche. »

NB.

  • En 1951, la Communauté Européenne du Charbon et de l’'Acier est fondée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.
  • Le traité de Maastricht entre en vigueur en 1993 et crée « l’'Union européenne ».
  • En 2002, la monnaie unique, l’'Euro est mise en circulation.
  • Le 23 juin 2016, l’'Angleterre vote sa sortie de l’'Union européenne.
  • Emmanuel Macron s’'est exprimé lors d’'un débat à Sciences Po aux côtés de Sylvie Goulard et Daniel Cohn-Bendit seulement quelques jours après le Brexit. Retrouvez son intervention sur ce lien !