Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Grand Débat National : la restitution

9 avril 2019 - Après 3 mois de consultation et 1,5 million de contributions, Edouard Philippe a présenté la restitution du Grand Débat National sous la verrière du Grand Palais, ce lundi 8 avril.

10 000 réunions locales, 500 000 participations par le biais des cahiers de doléance, et 500 000 contributions sur la plateforme en ligne… Voilà ce qu’ont dû analyser plusieurs prestataires indépendants pour tirer les premières conclusions du Grand Débat National.


Un résultat que le Premier ministre Edouard Philippe a présenté au Grand Palais. Plusieurs synthèses (des contributions en ligne, des conférences citoyennes régionales mais aussi des participations libres) ont été mises en ligne sur le site du Grand Débat National.


Les points à retenir :
  • La fiscalité : « Notre pays a atteint une sorte de « tolérance fiscale zéro ». Les débats nous indiquent la direction à prendre : nous devons baisser, et baisser plus vite les impôts ».

  • Le service public : il y a là une nécessité de rétablir l’équilibre entre les grandes métropoles et les plus petites communes afin que les services publics redeviennent des services de contact, et “pas uniquement numériques”. L’accent doit être également mis sur les transports du quotidien.

  • La transition écologique : les Français sont conscients de l’urgence climatique et prêts à faire des changements mais ne veulent pas que les taxes leur dictent le comportement à adopter.

  • La démocratie et la citoyenneté : le Premier ministre a donné quelques grandes orientations. Les Français voudraient “une démocratie plus représentative, plus transparente, plus efficace, et une exemplarité renforcée.”



Ce lundi 8 avril au soir, Stanislas Guerini, Délégué général de La République En Marche, a également remis au Premier ministre les propositions de notre mouvement :

Désormais, c’est le président de la République, Emmanuel Macron, qui dévoilera les grandes orientations de la sortie du Grand Débat. Le Gouvernement travaillera ensuite avec le Parlement, les partenaires sociaux, les élus locaux et les associations pour mettre en oeuvre les réponses concrètes à cet état des lieux de la France.