Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Réforme des retraites : système universel ne veut pas dire système unique

6 janvier 2020 - Au fil des semaines, le projet de réforme des retraites prend forme grâce aux concertations avec les Français(e)s et les partenaires sociaux. La prise en compte des spécificités de chaque métier se précise petit à petit. On fait le point.

Chose promise, chose dûe ! L'action du Gouvernement pour construire un système universel de retraite, plus juste, plus durable et plus solidaire se dessine avec notamment des éclaircissements sur les spécificités de chaque profession. L’objectif est bien de sortir d’une logique de statut pour rentrer dans une logique de métier.

Ainsi, le futur système fera la différence entre, d’une part, les régimes spéciaux, qui doivent être supprimés, et d’autres part, les spécificités par métier qui sont en train d’être définies en concertation avec les Françaises, les Français et les partenaires sociaux.


Créer un système plus simple et plus équitable, ce n’est pas renoncer aux spécificités de chaque profession. Pénibilité, travail de nuit ou autres risques particuliers continueront à être pris en compte dans le futur système des retraites : à métier identique, mesures identiques et ce, quel que soit le statut ou l’entreprise.

Cette réforme sera plus juste pour l’ensemble des salariés, du public comme du privé. Parce qu’il nous semble normal qu’un travailleur exposé aux risques liés à l'utilisation de produits dangereux puisse aménager plus facilement sa fin de carrière, qu'un personnel soignant qui travaille de nuit puisse bénéficier plus facilement d'un temps partiel sans perte de revenus en fin de carrière ou encore qu'un militaire qui risque sa vie pour notre pays dans des conditions difficiles puisse partir plus tôt à la retraite.

« Le point fort de cette réforme, c’est l’universalité. Il est hors de question que nous y renoncions. Mais nous n’avons jamais dit qu’universalité signifiait uniformité. Il est nécessaire de prendre en compte les spécificités et la pénibilité de certains secteurs. »
Edouard Philippe, Burex de LaREM, le 6 janvier 2020

Dans le futur système, les critères de pénibilité seront les mêmes pour tous et toutes :

  • Le compte professionnel de prévention, actuellement réservé aux salariés du privé, sera ouvert aux fonctionnaires et aux salariés qui bénéficient des régimes spéciaux actuels.

  • Le travail de nuit sera mieux pris en compte avec l'abaissement des seuils (nombre de nuits qu'il faut avoir travaillé dans l'année pour bénéficier de points sur le compte personnel de prévention).

  • Le dispositif de retraite progressive sera également simplifié et facilité.

Laurent Pietraszewski, secrétaire d’Etat aux retraites, réaffirme dans les colonnes du Parisien l’approche pragmatique du projet de réforme : « Sur le fond, la promesse d'un régime universel dans lequel un euro cotisé donnera les mêmes droits, est tenue […] L'universalité de la pénibilité n'est pas remise en cause si on admet que mettre sa vie en danger pour défendre la Nation ou partir en mer 20 jours d'affilée, c'est différent des autres métiers.»

« Il faut avoir le courage de dire qu'il y a des situations extrêmement difficiles, exceptionnelles, et qu'elles doivent être prises en compte. »
Laurent Pietraszewski, Le Parisien, le 6 janvier 2020

La volonté du Gouvernement étant d’effectuer cette transition sans brutalité, les concertations avec les organisations syndicales et patronales reprendront dès le 7 janvier, avant la présentation du projet de loi en Conseil des ministres le 24 janvier.

Retrouvez toutes les clés pour comprendre les enjeux de la réforme des retraites ici.