Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Le Revenu Universel d’Activité, comment ça marche ?

5 juin 2019 - Le lundi 3 juin, une grande concertation à propos du Revenu Universel d’Activité s’est ouverte afin de définir les bases de cette nouvelle aide sociale. Qui sera concerné ? Quels sont ses objectifs ? On vous explique.

Qu’est ce que le Revenu Universel d’Activité ?

Présenté par le Président de la République en septembre 2018, le Revenu Universel d’Activité est un dispositif qui vise à regrouper plusieurs aides sociales en une seule. Emmanuel Macron avait alors annoncé que cette aide servirait à “garantir un socle minimal de dignité à tous ceux qui doivent en bénéficier”.

Quelles aides sont concernées ?

Au moins 3 allocations pourraient être regroupées dans le Revenu Universel d’Activité :

  • Le revenu de solidarité active (RSA) ;
  • La prime d’activité ;
  • Les aides personnalisées au logement (APL)

L’État réfléchit même à élargir ce socle d’aides : l’AAH (Allocation Adultes Handicapés) pourrait également en faire partie, ainsi que l’ASS (Allocation de Solidarité Spécifique, que touche les chômeurs en fin de droit) mais aussi le minimum vieillesse.

Quels sont les objectifs de la réforme ?

  • Simplifier le fonctionnement des aides sociales et les démarches associées ;
  • Lutter contre le non-recours aux droits, qui peut atteindre jusqu’à 40% pour certaines aides sociales ;
  • Faire en sorte que travailler soit toujours plus intéressant que de toucher des aides ;
  • Consacrer le devoir de se former, de reprendre peu à peu une activité, de suivre l’accompagnement d’insertion proposé.

Quand pourrait-il être mis en place ?

La grande concertation à propos de ce revenu universel d’activité lancée ce lundi devrait durer jusqu’à la fin de l’année 2019.

Des associations de lutte contre la précarité, les collectivités territoriales, les partenaires sociaux, les professionnels du logement, les représentants des personnes en situation de handicap devraient y prendre part, sous la direction d’Agnès Buzyn et Christelle Dubos, et en présence d’Annick Girardin, Julien Denormandie, Sophie Cluzel et Gabriel Attal

Un projet de loi devrait être proposé début 2020.