Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Le Service National Universel, un projet pour et par les jeunes !

29 juin 2018 - Les grandes lignes du Service National Universel (SNU) ont été dévoilées. L’un des objectifs : renforcer la cohésion nationale génération après génération.

La mise en place d’un Service National Universel était un engagement fort d’Emmanuel Macron. Objectifs : impliquer davantage notre jeunesse dans la vie de la Nation, lui donner un réel goût de l’engagement, faire émerger une démocratie plus unie. Nous décryptons les lignes de force de ce projet.

« Projet de société où l’engagement prend tout son sens et où le brassage social et territorial est une réalité »
- J.-M. Blanquer, compte-rendu du Conseil des Ministres, 27/06/2018

Donner de nouvelles perspectives à la jeunesse

Le SNU sera une étape dans le chemin d’émancipation des jeunes, il doit être un moment de développement personnel et d’acquisition de compétences. Comment ?

  • Par une véritable expérience de l’engagement au service de la Nation.
  • Par le contact avec des individus et des territoires nouveaux.


En quoi consistera le Service National Universel ?

Une grande consultation numérique impliquant les jeunes, leurs parents, les enseignants et les collectivités sera lancée dès cet automne pour déterminer le contenu du SNU.

À ce jour les grandes lignes sont les suivantes :

  • Un service national universel, pour tous les jeunes de 16 ans, sans distinction de classe, d’origine, de sexe. Cela touchera environ 800 000 jeunes.
  • Une phase obligatoire d’1 mois, et une phase non-obligatoire de 3 mois ou plus .
  • Un service dont la vocation première n’est pas militaire mais citoyenne. Les armées ont cependant un grand rôle à jouer dans ce dispositif, notamment en mettant à disposition leurs savoir-faire pour l’encadrement de la jeunesse mais aussi dans l’apprentissage des enjeux de défense, ou encore dans la formation de ses encadrants et ses formateurs.

À noter : le service civique continuera d’exister. Il fait partie des dispositifs existants sur lesquels le SNU s’appuiera notamment pour la phase volontaire. Accomplir un service civique sera l’un des moyens d’accomplir son service national universel.

Concrètement le SNU s’articulera autour de deux périodes de 15 jours :

  • Une première phase de 15 jours en hébergement (en centres de loisirs, logements étudiants, internats, ou casernes etc.), qui sera consacrée à l’information concernant les différentes formes d’engagement, à une formation aux bonnes pratiques de sécurité, à des activités de cohésion de groupe, ainsi qu’à un bilan de santé et de compétences.
  • Une seconde phase de projet collectif avec un encadrement plus personnalisé, dont le contenu sera défini par une grande consultation.

Une deuxième phase facultative sera proposée aux jeunes qui veulent s’engager un peu plus dans le temps. Elle prendra la forme d’un service national plus long, sur plusieurs mois.

Un SNU construit avec les jeunes et pour les jeunes

Pour que le SNU soit un succès, la jeunesse est appelée à s’en emparer et à le façonner à son image. Ainsi, son contenu va se co-construire avec les jeunes, pour répondre à leurs envies d’engagement.

La grande consultation numérique qui sera lancée dès cet automne a cette visée : chacun pourra faire ses propositions sur le contenu du SNU. L’engagement est pluriel, et ce SNU doit répondre à cette multiplication des formes d’engagement.

Cette consultation sera l’occasion de définir le périmètre du SNU ainsi que les modalités très concrètes, en tenant compte des particularités de chacun (personnes en situation de handicap, Français de l’étranger etc.).

Un premier essai du dispositif sera lancé dès le début 2019 pour aller vers une montée en puissance progressive ensuite sur plusieurs années.