Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Suppression de l'ENA : engagement tenu

15 avril 2021 - Ce jeudi 8 avril, Emmanuel Macron a annoncé la suppression de l'École Nationale d'Administration, école de service public qui forme les cadres supérieures de la fonction publique d'État.

Comme il s'y était engagé à l'issue du Grand Débat national, le Président de la République a annoncé la suppression de l'ENA, l'École Nationale d'Administration. Cette mesure, qui constitue l'un des bouleversements les plus importants de la haute fonction publique depuis 1945, poursuit l'effort de modernisation de l'État engagé depuis 2017.

Pour changer radicalement le recrutement, la formation et le parcours de carrière de notre élite administrative, la réforme comprend 3 mesures fortes :

  • Création de l’Institut du Service Public : l’ISP formera tous les élèves-administrateurs de l’État en intégrant un tronc commun à 13 écoles de service public ;
  • Généralisation du terrain comme première compétence : affection prioritaire en administration déconcentrée ;
  • Fin des rentes à vie et de parcours automatiques : promotion après avoir fait ses preuves et non sur critère d’ancienneté.
« L’ISP [...] sera plus ouvert au monde académique et à la recherche, en France comme à l’international. Plus ouvert à l’entrée. »

Réformer en profondeur la haute fonction publique était nécessaire : il ne s'agissait pas seulement de traiter les symptômes de l'élitisme et de l'entre-soi, mais de s'attaquer aux causes profondes du problèmes.

En ouvrant les modalités d'accès à la haute fonction publique, nous luttons contre les inégalités de destin.

En proposant des enseignements liés à la transition numérique, écologique ou l'égalité femmes-hommes, nous modernisons la formations des cadres dirigeants de l'État.

En créant un corps unique d'administrateur d'État, nous favorisons la circulation des hauts fonctionnaires entre les administrations publiques.

En encourageant les élèves à passer leurs premières années sur le terrain, nous leur permettons d'être plus en contact avec les citoyens, plus en prise avec les difficultés du quotidien.


Cette haute fonction publique, nous l'inventons ensemble.
Pour qu'elle soit à la hauteur des défis de notre temps et fidèle au visage de la France.