Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Deux ans d'actions : le témoignage de François, 37 ans

1 juillet 2019 - Deux ans après les élections législatives, huit citoyens et citoyennes français nous ont expliqué comment les mesures du Gouvernement et des parlementaires avaient impacté leur quotidien. Voici le témoignage de François, chargé de travaux en électricité.

Qu’il vente, pleuve, neige ou qu’il fasse 38°C, François sillonne chaque jour les routes de l’Yonne, avec son équipe de quatre techniciens pour raccorder ses clients au réseau électrique. Un travail physique pour lequel il aimerait une meilleure reconnaissance: “Les métiers manuels sont encore mal considérés, mais sans nous, rien ne fonctionne !”. Fin 2018, il a profité de la baisse progressive de la taxe d’habitation : “J’ai récupéré 300 € de pouvoir d’achat”. Chaque jour, il roule près de 300 km. Sensible à la cause environnementale, il aimerait passer à un véhicule plus propre mais ce n’est pour le moment pas possible : “Même si les aides proposées par le Gouvernement sont importantes, le vrai problème pour moi reste l’autonomie des véhicules électriques et le manque de bornes de recharge”. Après 15 années dans ce secteur, François réfléchit à se reconvertir : “J’aimerais ouvrir un restaurant. J’ai envie de retrouver le contact avec la clientèle.” Un projet qui nécessite un important investissement financier: “Ce n’est pas évident d’avoir le soutien des banques quand on veut entreprendre alors qu’on cherche à créer de l’emploi, créer de la croissance. Mais grâce à mon compte personnel de formation, je vais pouvoir entamer cette nouvelle étape de ma vie professionnelle.”

François, 37 ans, chargé de travaux en électricité à Méré (89)

4 MESURES QUI CHANGENT LE QUOTIDIEN DES SALARIÉS

Un pouvoir d’achat en hausse

L’impôt sur le revenu - et donc le prélèvement à la source - de François et de 12 millions de foyers va baisser de près de 350€ dès cette année . Des cotisations salariales ont également été supprimées et les heures supplémentaires exonérées de charges et défiscalisées.

Des formations plus accessibles et des projets mieux accompagnés

Pour que François puisse se former, il a désormais droit à 500€ de formation par an . Et s’il souhaite se reconvertir ou créer sa propre entreprise, dès le mois de novembre, il pourra démissionner et bénéficier des indemnités chômage.

S’adapter aux nouvelles contraintes écologiques sans perdre en pouvoir d’achat

François pourra toucher une aide de 1000€ pour l’achat d’une voiture moins polluante (y compris essence ou diesel) s’il remplace la sienne. Pour ses collègues qui ne paient pas d’impôt et parcourent au moins 30 kilomètres pour aller travailler, cette aide sera de 4000€ (primealaconversion.gouv.fr).

Transmettre son savoir à des apprentis

La filière d’apprentissage est fortement développée, avec des créations de centres de formation, une hausse des rémunérations etc. Résultat : en 2018, il y a presque 25000 apprentis de plus qu'en 2017!