Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Deux ans d’actions : le témoignage de Léa, 15 mois, racontée par sa mère

2 juillet 2019 - Deux ans après les élections législatives, 8 citoyens et citoyennes français nous ont expliqué comment les mesures du Gouvernement et des parlementaires avaient impacté leur quotidien. Voici le témoignage de Léa, 15 mois racontée par Manon, sa mère

Léa est née le 10 avril 2018. À partir de ses deux mois, chez son pédiatre, elle a commencé à recevoir ses 11 vaccins obligatoires. Des vaccins nécessaires pour qu’elle puisse entrer à la crèche, dans le 15e arrondissement de Paris, à ses 5 mois. Aujourd’hui, il ne lui en reste plus qu’un à effectuer entre ses 16 et 18 mois. Dans son groupe au jardin d’enfants, ils sont 22 à se retrouver tous les jours de la semaine. Entre deux sessions de jeux, sa crèche propose des repas composés de produits faits maison, bio et locaux. Dans tous les établissements scolaires qu’elle fréquentera par la suite, ce sera la même chose puisque la loi Égalim porte l’objectif de 50% de produits durables (dont 20% de bio) dans les cantines d’ici à 2022. Une bonne nouvelle pour sa maman: “nous faisons attention à ce qu’elle mange à la maison donc on est content de savoir que l’école prolonge cette éducation à une bonne alimentation.” Quand elle entrera en grande section de maternelle puis en CP et CE1, le nombre d’élèves dans sa classe sera limité à 24: “Léa va être mieux accompagnée et avoir un enseignant plus à son écouteraconte Manon. L’école dont elle rêve pour sa fille ? Un endroit où elle pourra s’épanouir pleinement et où on lui donnera les clés pour réussir, quels que soient ses choix.”

Léa, 15 mois, et Manon, sa maman

4 MESURES QUI CHANGENT LE QUOTIDIEN DES PLUS JEUNES

L’école dès 3 ans, dans des classes moins chargées

L’école est désormais obligatoire dès 3 ans, contre 6 ans auparavant. Le nombre d’élèves par classe est fortement réduit: ils ne seront pas plus de 24 dans la classe de Léa en grande section de maternelle, CP et CE1. Dans les zones prioritaires d’éducation, les élèves ne seront pas plus de 12!

Une alimentation plus saine

D’ici 2022, 50% des produits proposés par la cantine de l’école de Léa seront bio, labellisés de qualité et/ou faits localement. Il n’y a pas de raison que seuls les parents de Léa fassent attention à ce qu’elle a dans son assiette!

Une meilleure protection contre les maladies

Depuis le 1er janvier 2018, 11 vaccins sont obligatoires pour tous les enfants, contre seulement 3 avant. C’est de cette manière que nous éradiquerons certaines maladies, comme la rougeole, qui tuent à nouveau en France. Léa et les enfants les plus fragiles seront protégés des maladies évitables.

Un air plus pur débarrassé des polluants et des particules

Toutes les centrales à charbon fermeront d’ici 2022. À cela s’ajoute des aides de 1000 à 5000 euros pour changer sa voiture lorsque celle ci est polluante (primealaconversion.gouv.fr). Léa va grandir dans un monde plus respirable.