Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Deux ans d’actions : le témoignage de Valérie, pharmacienne

2 juillet 2019 - Deux ans après les élections législatives, 8 citoyens et citoyennes français nous ont expliqué comment les mesures du Gouvernement et des parlementaires avaient impacté leur quotidien. Voici le témoignage de Valérie, pharmacienne à Fontainebleau.

“J’ai toujours voulu entreprendre, être mon propre patron”. Valérie est pharmacienne et à son compte depuis 23 ans. Dans son officine, elle emploie six personnes en CDI et forme des stagiaires étudiants en pharmacie. Une petite entreprise qu’il faut gérer au quotidien: procédures administratives, mise en place des nouvelles normes pour aménager les locaux ou mieux sécuriser les données des patients ou encore développer la télémédecine... “Ce sont de belles avancées mais j’ai parfois l’impression de m’éloigner de mon cœur de métier. Nous restons un petit commerce de centre- ville, pas une grande entreprise.” Si elle plaide pour un assouplissement des règles administratives pour les petites structures, elle se réjouit de la prime exceptionnelle défiscalisée jusqu’à 1 000 € mise en place par Emmanuel Macron: “C’est un vrai gain de pouvoir d’achat, autant pour les salariés que pour les chefs d’entreprise qui n’ont pas les charges à payer.” Valérie salue également la nouvelle loi santé qui lui permettra, en tant que pharmacienne, de délivrer en cas d’urgence des médicaments normalement pres- crits sur ordonnance: “Cela va permettre de désengorger les urgences mais aussi de répondre à un vrai besoin dans les territoires où on peine à obtenir un rendez-vous chez son généraliste. C’est gratifiant pour la profession, on n’est pas seulement des vendeurs de boîtes.”

Valérie, 50 ans, pharmacienne titulaire à Fontainebleau

4 MESURES QUI CHANGENT LE QUOTIDIEN DES DIRIGEANTS DE PME

Un nouveau droit créé: le droit à l’erreur

La relation de Valérie avec l’administration est simplifiée grâce au droit à l’erreur. Par exemple, un mauvais décompte des heures travaillées ne sera plus sanctionné d’une amende par l’Inspection du Travail si Valérie l’a fait de bonne foi.

Des impôts en baisse pour les PME

L’impôt sur les sociétés sera baissé de 33% (en 2017) à 25% d’ici la fin du quinquennat. Il est aujourd’hui à 28%: Valérie a déjà plus de ressources pour faire grandir son entreprise.

Une dialogue social simplifié

Depuis les ordonnances travail, il est plus simple de mettre en place des accords d’entreprise pour adapter la loi aux spécificités de son entreprise.

Des primes et une épargne salariale moins chères à mettre en place

Désormais, il est possible de verser chaque année à ses salariés une prime de fin d’année de maximum 1000€ sans charge ni impôt. Aussi, Valérie ne paie plus de charges sur les rémunérations versées au titre de l’intéressement ou la participation des salariés aux bénéfices de son entreprise.