Retrouvez cet article sur en-marche.fr

"Ma classe à la maison" : ils racontent l'école pendant le confinement

30 avril 2020 - Le collectif "Je m'engage pour l'école !" présente, dans le cadre des "dialogues sur l'éducation", des témoignages d’élèves, de professeurs et de familles à l’heure du confinement.

Le premier numéro des "dialogues sur l'éducation" voit le jour alors que, depuis plusieurs semaines, 12 millions d’élèves, 486 000 apprentis et près de 3 millions d’étudiants expérimentent l’enseignement à distance. Cette période éprouvante a révélé la fracture numérique dans ce qu’elle a de plus insupportable, mais elle nous a aussi permis de prendre la mesure du dévouement de nos professeurs et de leur incroyable créativité. Cette crise inédite a enfin stimulé le dialogue au sein de la communauté éducative. Jamais parents, professeurs et élèves n’ont autant échangé, cherché des solutions ensemble, innové...

  • Engagez-vous pour l'école, rejoignez la Communauté Education de LaREM ! Cliquez-ici
  • Découvrez le premier numéro des « dialogues sur l’éducation » du collectif citoyen « Je m’engage pour l’école ! »Cliquez-ici


Voici leurs histoires :

Cherchez Julie

Par Julie Michels, directrice de l’école Sainte Anne à saint Joachim

“Rapidement, je me suis rendu compte du caractère anxiogène de la situation pour les enfants. Alors, j’ai eu envie de les faire voyager. Où est Julie ? En utilisant un fond vert, je leur envoie chaque matin une vidéo dans laquelle je leur explique le programme de la journée en direct d’un endroit sur Terre. J’ai mis à leur disposition également des séances en vidéo avec questions/réponses… Chaque vendredi, j’organise une heure de visioconférence avec la classe. C’est évidemment un peu chaotique, mais nécessaire pour les élèves qui partagent leurs inquiétudes, leurs difficultés, leurs questions. Ce temps de discussion les rassure et leur permet de voir leurs camarades. Des séances de soutien en visioconférence sont aussi proposées, individuellement ou collectivement, pour aider les élèves qui en ont besoin et pour différencier au maximum. Pour les élèves qui n’avaient pas de ressources informatiques, nous avons prêté 5 tablettes (avec des conventions de prêt). Cela a permis de réduire la fracture numérique. Pour la rentrée, et pour réduire les impressions demandées aux familles dans cette deuxième partie de confinement, nous préparons des dossiers pour les enfants (nouveaux cahiers du jour, documents…) que nous leur remettrons dans la cour de récréation, en respectant les distances de sécurité. Les enfants : une mine d’idées ! Avant les vacances, j’ai demandé aux enfants de choisir un lieu, un pays, et de me convaincre de présenter le programme de la journée depuis cet endroit. Je corrige leurs travaux durant les vacances. Et à la rentrée, je me baserai sur leurs requêtes pour construire les vidéos. Certains ont demandé l’école, parce que l’école leur manque ! »


Planning familial

Par YG

Mon quotidien a légèrement changé pendant le confinement. L’organisation de mon travail personnel est devenue un peu plus intense, car je suis plus habituée à prendre des notes sur feuille que d’utiliser le numérique. Pour rendre un devoir, je le fais d’abord sur feuille puis je le tape sous forme numérique. Pendant les classes virtuelles, je trouve qu’il est plus difficile de prendre la parole et de poser des questions par peur de troubler le cours. L’horaire est aussi parfois incompatible avec le planning familial, en effet certains cours se passent pendant les repas, ce problème n’arrivant pas au lycée grâce à la flexibilité de la cantine. J’ai donc réalisé un emploi du temps adaptant mon mode de vie aux appels vidéo. Pendant mon temps libre, je me consacre à mes loisirs artistiques, comme la musique et le dessin, lesquels je partage avec mon père, ma grand-mère et mes frères et sœurs. Je prends régulièrement des nouvelles de mes proches et amis, surtout ma mère qui est actuellement toujours bloquée en Chine.


En terre inconnue

Par AB

Tout d’abord, les deux premières semaines furent les plus compliquées. En effet, du jour au lendemain, nous nous sommes retrouvés dans une situation plus qu’inhabituelle, une situation totalement inconnue dans laquelle nous avons dû apprendre à travailler seuls et de manière assidue. Personnellement, la première semaine m’a paru très confuse, effectivement personne ne savait encore comment les semaines à venir allaient se dérouler et de quelle manière nos cours, devoirs, travaux à rendre allaient se passer, j’étais complètement perdue. A partir de la deuxième semaine, beaucoup de choses ont pris forme. Professeurs et élèves ont commencé à trouver plusieurs outils afin de continuer le programme. Néanmoins, j’ai eu du mal à me faire à cette façon de travailler qui est loin d’être simple, il m’a fallu du temps. Aujourd’hui ça va mieux, j’arrive à travailler et à suivre les différents cours, notamment grâce aux classes virtuelles qui m’ont été d’une grande aide. Concernant le confinement dans sa généralité, le plus dur n’est pas le travail à distance ou autre mais plutôt les rapports sociaux, le fait de ne plus voir ses amis, ou même ses grands-parents ; cela joue sur le moral.


L’âge de raison

Par Elya

J’ai 7 ans et je suis en CE1. Je ne veux plus retourner à l’école. J’ai peur du virus, il se cache à l’école … Maman dit : « il est parti ». Maman est comme la maîtresse, je peux dormir le matin et commencer mes devoirs quand je suis réveillée. Avec maman, je peux manger mon goûter pendant que je dessine, elle me fait des frites. Je veux revoir ma camarade Fanny, pour jouer mais maman me dit que je dois encore attendre. La maitresse me manque quand même.


Demandez le programme

Par KL

Tout d’abord, pour ce qui est des devoirs ainsi que les cours, nous ne sommes pas trop chargés en fonction des matières. La majorité des professeurs continuent à nous faire faire le programme normalement, pour que nous ne prenions pas de retard. En ce qui me concerne, le confinement commence à être de plus en plus difficile, surtout pendant les vacances, et j’ai surtout hâte de retrouver une vie normale, de pouvoir ressortir quand je veux et de revoir le plus vite possible mes amis.



Vous souhaitez nous raconter aussi votre ressenti de la continuité pédagogique ? Répondez à notre questionnaire !

Que vous soyez parent d’élève, enseignant ou personnel de direction d'un établissement scolaire, votre avis nous intéresse et vos réponses nous serviront à préparer des pistes d’amélioration.