Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Travail, emploi : chacun peut maîtriser son avenir professionnel

3 mai 2021 - Depuis 2017, la France est bien plus agile et plus innovante dans les domaines du travail, de l’emploi et de l’insertion. Libérer les carrières, protéger les salariés et les jeunes, rassembler les grands acteurs du changement, ça bouge !

Simplifier et encourager les changements de carrières, garantir un socle de compétences à tous, encourager chacun et chacune à maîtriser son avenir professionnel, rendre la France plus agile et plus innovante… ces grands objectifs, nous nous les étions fixés en 2017. Depuis, nous avons agi et continuons à agir en ce sens. Grâce au plan exceptionnel de 100 milliards d’euros « France Relance », le ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion a réussi à prendre un grand nombre de mesures, mobiliser des dispositifs exceptionnels et faire voter des lois pour ne laisser aucun salarié, aucune entreprise, et aucun jeune prêt à rentrer dans la vie active sans solution. Pour mener à bien ces actions, trois piliers nous ont guidé : libérer, protéger et rassembler.

1/ Libérer les carrières


La loi « Liberté de choisir son avenir professionnel » : - Aide à la formation et à la reconversion grâce au compte personnel de formation (CPF) avec des enveloppes de 500€ par an pour se former (et 800€ pour les moins qualifiés), et grâce à la création du dispositif de reconversion ou de promotion par l’alternance Pro-A ; - Valorise l’apprentissage avec le financement des formations en CFA, ou le programme Erasmus pro en Europe pour 15 000 jeunes apprentis ; - Aide les jeunes et les salariés à mieux s’orienter avec la création d’une classe de troisième «prépa-métiers» ; - Rend réelle l’égalité entre les femmes et les hommes dans les entreprises en formant de manière systématique les inspecteurs et les professionnels de la médecine du travail pour prévenir les situations de violence, et, quand elles ont lieu, leur apporter une réponse adéquate ; - Donne de nouveaux droits aux salariés démissionnaires avec un projet de création d’entreprise ou de reconversion professionnelle pour qu’ils aient désormais droit à l’assurance chômage au même niveau d’indemnisation que les autres ; - Facilite l’accès à l’emploi pour les personnes en situation de handicap en leur ouvrant 100 000 nouveaux emplois et en mettant en place un référent handicap dans chaque CFA.

Le dispositif Transition Collective mis au point avec les organisations syndicales et patronales permet à des salariés dans des secteurs dont les emplois sont menacés, de rebondir vers d'autres secteurs qui recrutent. Pour une reconversion sereine, préparée et assumée, l’Etat leur fait bénéficier d’un accompagnement spécifique et prend en charge leur rémunération et leur formation. Un des premiers exemples de ce dispositif : la formation pendant 14 mois des agents d’entretien de la société Derichebourg pour être recrutés comme aides-soignants chez Korian, société qui possède des maisons de retraite.

Doté d’un montant de 15 milliards d’euros sur 5 ans, le Plan d’investissement dans les compétences (PIC) permet de former et d’accompagner un million de demandeurs d’emploi peu qualifiés et un million de jeunes décrocheurs à l’horizon 2022. Il se réalise à travers un partenariat ambitieux avec les Régions et des actions innovantes notamment dans le secteur numérique, la transition écologique, les métiers en tension et l’inclusion dans l’emploi des plus vulnérables. Très concrètement, il accompagne et sécurise les parcours avec :

  • La garantie jeunes et le plan PACéA pour intégrer socialement et professionnellement les jeunes ;
  • Le programme "Valoriser son image pro" pour réussir ses démarches de recrutement et son retour à l’emploi, proposé par Pôle emploi et sur une durée de 2 à 3 semaines ;
  • Le service d’accompagnement Pass numérique pour rendre autonome tous ceux qui le souhaitent dans la réalisation de leurs démarches administratives ou professionnelles en ligne ;
  • Le plan EMILE pour permettre aux Franciliens mal logés de trouver un logement adapté et un emploi dans une région ayant besoin de main d’oeuvre ;
  • La mise à disposition de dispositifs pour aider les réfugiés vers l’insertion professionnelle.

2/ Protéger les salariés et la jeunesse


Pour protéger les emplois menacés par la crise et permettre aux salariés de se former, le Gouvernement a dégagé une enveloppe de 7,6 milliards d’euros avec notamment le dispositif d’activité partielle de longue durée. Relais de l’activité partielle, cet outil a pour ambition de constituer un véritable « bouclier anti-licenciements ». Plus pérenne, il permet notamment aux entreprises de faire face à une réduction durable d’activité en réduisant le temps travaillé de leurs salariés et en les formant sur les heures non travaillées grâce au FNE-Formation. Ainsi, depuis des mois, l’État a pris en charge la rémunération de plusieurs millions de salariés, sans aucun reste à charge pour l’entreprise. Et ces aides fonctionnent ! Elles ont protégé notamment les 9 millions de salariés, concernés par l’activité partielle au plus fort de la crise. Elles ont également contenu les effets délétères de la crise. En effet, le chômage a progressé de 8% en 2020, là où ce taux avait bondi de 25% durant la crise de 2008-2009. Il n’y a aucun doute : les aides massives mises en place ces derniers mois pour protéger les salariés ont fonctionné.

Pour faciliter leur entrée dans la vie professionnelle, le Gouvernement a investi plus de 9 milliards d’euros au sein du plan 1 jeune 1 solution depuis l’été 2020. Il garantit à chaque jeune une solution (emploi, mission, formation), facilite leur entrée dans la vie professionnelle, les oriente vers des secteurs d’avenir, et leur construit des parcours d’insertion sur mesure. C’est un large ensemble de leviers qui sont mobilisés :

  • Des aides à l’embauche : des compensations pour encourager le recrutement des alternants et « Emploi franc » pour encourager le recrutement de jeunes dans les quartiers prioritaires ;
  • Des formations : l’ouverture de nouvelles formations en CAP et BTS en 2020, et dans le secteur du soin et du numérique ;
  • Des accompagnements : des parcours d’insertion sur mesure pour accompagner les jeunes plus éloignés de l’emploi avec le Parcours Emploi Compétences (PEC), le Contrat Initiative Emploi (CIE) ou encore le parcours SESAME ;
  • Des postes : en particulier la création de 25 000 nouveaux postes dans le domaine du sport ;
  • Une plateforme : un site internet qui recense de nombreuses offres d’emploi et qui propose un simulateur d’aides simple et clair.

3/ Rassembler les grands acteurs du changement


Pour fédérer l’écosystème des entreprises engagées pour innover dans l’emploi et agir en faveur de l’inclusion, le Gouvernement a développé la bannière nationale La France, Une Chance. Convaincus que nous devons “faire ensemble” pour apporter une réponse pérenne aux grands défis sociétaux du XXIème siècle, La France Une Chance crée des alliances entre pouvoirs publics, acteurs de l’inclusion et entreprises pour développer notre capacité collective d’inclusion dans l’emploi et dans la société de ceux qui ont une singularité ou qui portent une fragilité à un moment donné de leur vie. Elle donne aux entreprises les moyens d’agir concrètement et les accompagne pour faire évoluer leurs pratiques.

Soutenir les secteurs d’avenir liés au numérique ou à la transition écologique est également un des choix effectués par le Gouvernement. Des actions nationales ont été lancées, ou intensifiées, en ce sens :

  • Mise à disposition d’outils pour mieux répondre aux besoins en nouvelles compétences et mieux orienter les politiques de formation ;
  • Soutenir les transitions numériques et écologiques correspondant à des métiers émergents ;
  • Lancement d’appels à projets compétitifs pour innover et transformer par l’expérimentation sur des volets nécessitant une nouvelle approche des politiques publiques.



Faciliter les reconversions, garantir à tous l’accès à de nouvelles compétences, revaloriser l’apprentissage, ouvrir de nouvelles places dans les écoles et de nouveaux postes dans des secteurs porteurs… ces mesures ambitieuses le sont à la fois par le nombre de bénéficiaires visés et cet objectif de transformation. Nos actions promettent assouplir ainsi les réglementations qui figeaient le monde du travail tout en prenant en compte l’ensemble de ses acteurs : les jeunes, les salariés, et les entreprises. Pour que personne ne reste sur le bord du chemin !