Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Violences conjugales : le Gouvernement annonce des mesures solides

25 novembre 2019 - Le Grenelle contre les violences conjugales, lancé le 3 septembre dernier, s’est clôt avec des annonces indispensables du Premier ministre et de Marlène Schiappa pour répondre à l’urgence des violences faites au femmes. Décryptage.

Le Premier ministre a présenté ce matin avec Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat à l’Egalité femmes-hommes, les conclusions de ce processus inédit de mobilisation de la société contre les violences faites aux femmes.

C’est une réalité glaçante, tous les deux ou trois jours, une femme est tuée par son conjoint ou son ex-conjoint.

Le silence tue, il continue de tuer. Ce silence, c’est celui de la peur. De l’indifférence. Celui de la sous-estimation systématique d’actes pourtant très graves.
Edouard Philippe, le 25 novembre 2019

Pour protéger les femmes victimes de violences, 30 mesures ont été annoncées. Ces mesures nouvelles, fortes et concrètes, ont été construites avec les acteurs de terrain, notamment nos élu(e)s de la majorité.
“C’est grâce à cette mobilisation que le Gouvernement peut [aujourd’hui] présenter des mesures solides, fondées sur la base de cette intelligence collective et du travail des experts », a commenté Marlène Schiappa.

Aux mesures viendront s’ajouter les moyens : le Gouvernement consacrera l’année prochaine plus d’1 milliard d’euros à l’égalité entre les hommes et les femmes. Dans le cadre de cette somme, 360 millions d’euros seront dédiés à la lutte contre les violences faites aux femmes.

Ces 30 mesures se regroupent en 9 axes, dont voici le détail :

  • prévenir les violences : éduquer à la non-violence et à l’égalité entre les filles et les garçons,
  • libérer la parole des victimes et favoriser la révélation des violences: pour cela, le 3919 sera ouvert 24/24 et 7/7 et rendu accessible aux personnes en situation de handicap,
  • protéger les femmes victimes dès le dépôt de plainte : grâce notamment à la création de 80 postes d’intervenants sociaux dans les commissariats et gendarmeries,
  • une prise en charge médico-sociale renforcée des femmes victimes de violences,
  • une justice plus protectrice des femmes victimes de violences : en interdisant la médiation pénale en cas de violence conjugale,
  • Prendre en compte l’impact des violences conjugales sur enfants et sur les liens familiaux. "Il est insoutenable de se dire qu'on est obligé légalement d'amener son enfant à un homme qui est menaçant violent vis-à-vis de nous : cela, nous y mettons fin", a expliqué Marlène Schiappa
  • un suivi et une prise en charge des auteurs pour traiter le problème des violences conjugales dans sa globalité et mieux prévenir le risque de récidive,
  • protéger les femmes victimes de violences, y compris au travail,
  • protéger les victimes en situation de handicap.
Marlène Schiappa l’a dit, “le plus difficile est devant nous, mais nous devons ensemble prendre à bras le corps ces mesures pour les mettre en oeuvre collectivement.”

Nous sommes toutes et tous, déterminé(e)s, avec le Gouvernement, pour mettre fin à la réalité inadmissible des violences conjugales.